Song, Kameni, Chedjou : Peuvent-ils revenir en sélection ?

En dépit d’un début de saison étincelant, ces trois joueurs sont pour l’instant tenus à l’écart des Lions Indomptables.

10850664 10152421030436017 253200483 n

Ont-ils une chance de rebondir ? Réconforté par le gouvernement camerounais après la débâcle du Brésil, le sélectionneur national, Volker Finke a réussi à construire une équipe à nouveau conquérante qui vient de se qualifier avec brio pour la Can 2015 qui débute le 18 janvier en Guinée Equatoriale. Pourtant, même si cette nouvelle cuvée de jeunes joueurs suscite grand espoir, il se trouve des techniciens et pas des moindres pour s’interroger sur sa capacité à répondre présent au plus haut niveau : « Jusqu’ici on a vu une équipe moyenne face à des sélections moyennes », indique par exemple l’ancien sélectionneur Jules Nyongha. Pour lui, la sélection nationale doit rester « ouverte aux joueurs les plus performants de l’heure sans considération du critère de l’âge ».

Allusion est ici faite aux « bannis » mis sur la touche de la sélection nationale pour indiscipline et besoin de rajeunissement des effectifs. « Cette équipe a encore besoin de s’améliorer pour rivaliser avec les plus grands » ajoute Jules Nyongha. Et dans ce sens, la matière ne manque pas. Alexandre Song par exemple. Borduré pendant deux ans à Barcelone par Sergio Busquets, le milieu défensif est arrivé lessivé psychologiquement au Brésil. Auteur d’un Mondial calamiteux, il s’est surtout illustré par un coup de coude sur le croate Mandzukic lors de la deuxième sortie des Lions.

La lourde suspension (3 matches) qui s’en est suivie lui a permis de se remettre d’aplomb et de signer à West Ham l’un des débuts de saison les plus aboutis de sa carrière. Homme du match face à Manchester City, Song présente des statistiques imposantes. En 9 matchs de Premier League, il a remporté 46% de ses duels et réussi 80% de ses passes. De retour de blessure, il a activement participé à la victoire des Hammers samedi dernier face à Swansea. West Ham est d’ailleurs surprenant 4e de la Premier League. « Ce n’est pas ça qui importe, relativise le coach Ekeh, nouvellement arrivé à la tête du Tonnerre de Yaoundé. Ce garçon a montré qu’il n’avait pas la bonne attitude, il a fait trop de désordre et pour moi il est hors de question qu’il revienne », tranche le technicien. Et si le cas de Song qui s’est longtemps enlisé dans un conflit absurde avec Samuel Eto’o est difficile à trancher, il est loisible de s’interroger sur la situation de deux autres joueurs tout aussi performants en club. Carlos Kameni est impérial depuis le début de saison. L’ancien portier de l’espagnol a stoppé une série infernale de Cristiano Ronaldo. Grâce à des arrêts de grande classe, il a empêché le Portugais de marquer alors que celui-ci avait scoré lors des 12 précédentes journées avant de faire barrage à son ancien club lors de la 14e journée où il a d’ailleurs arrêté un penalty d’Ivan Cavaleiro.

« Pourquoi donc ne pas le rappeler » s’indigne Nyongha, qui ne lui connait pas de faits d’indiscipline majeurs. « Mais il faut comprendre qu’à une époque, Kameni faisait partie d’un clan et c’est peut-être cette page qu’on veut définitivement tourner », rétorque Ekeh, qui prône la stabilité d’un groupe porté par l’état de grâce de Fabrice Ondoua, réserviste au Barca mais qui n’a concédé qu’un but en 6 rencontres des éliminatoires de la Can. « C’est un jeune talentueux dans la tradition des grands gardiens camerounais, il va bientôt signer un bon contrat », argue le coach Ekeh.

Pressions politiques

Il reste que même dans un rôle de doublure, Kameni (30 ans) peut faire parler sa grande expérience à la place d’un Ndy Assembe qui fait banquette à Nancy en D2 française. Si Kameni qui n’était même pas du mondial brésilien est surtout mis sur la touche pour des raisons sportives (choix du sélectionneur), la mise à l’écart d’Aurélien Chedjou (29 ans) ne s’explique que par une énième immixtion du politique qui aurait exigé son exclusion des Lions. « La raison avancée, aussi simple que stupide, serait qu’Aurélien Chedjou aurait été aperçu dans un bar brésilien pendant la compétition, sirotant un verre de cocktail alcoolisé. Consterné, le sélectionneur s’est vu refuser toute forme de grâce à l’endroit de Chedjou malgré toutes sa volonté », indique une source proche des Lions Indomptables.

Pourtant, la forme du défenseur central de Galatasaray plaide pour lui. Après une Coupe du Monde manquée il s’est remis en scelle et signe un début de saison plus que convaincant avec son club où il est l’un des cadres de la défense. Et quand on considère que la charnière centrale des Lions n’a pas vraiment de solutions de rechange (on l’a vu face à la Côte d’Ivoire à Yaoundé), on se dit que l’ancien Lillois pourrait rendre de bons services, y compris au milieu de terrain où il garde quelques dispositions. La liste des 23 (attendue au plus tard le 01 janvier) de Finke précédé d’un premier jet de 30 joueurs, qui sera incessamment rendu public viendra nous instruire sur les mouvements éventuels qui auraient pu advenir en coulisse. « Après tout c’est à l’entraineur de trancher », avance Nyongha qui semble sur ce coup ignorer les pressions politiques qui n’ont jamais quitté la tanière des Lions Indomptables.

© Le Jour : Hiondi Nkam IV

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau