RDC-Cameroun: Les Lions indomptables condamnés à bouffer du Léopard

Les poulains de Volker Finke qui affrontent le onze congolais dimanche 16 juin prochain dans le cadre de la 5e journée des éliminatoires du Mondial 2014, ont impérativement besoin d’une victoire pour espérer arracher le ticket qualificatif et se réconcilier avec leur public.

lions-capvert-2012-bz-001-thn-475.jpg

Victoire impérative sinon adieu le Mondial 2014. Le temps des conjectures est révolu. Les Lions indomptables ont besoin d’une victoire pour se remettre en selle dans la course pour les éliminatoires de la Coupe du monde. Peu importe la manière, le vœu de tous les Camerounais, fans de la sélection fanion, c’est de voir le onze national arracher les trois points mis en jeu dimanche prochain. Nicolas Nkoulou, Enow Eyong et Alexandre Song qui étaient face à la presse au Centre technique de l'excellence de la Confédération africaine de football (Caf) de Mbankomo mardi dernier en sont conscients et jurent de mettre toutes les chances de leur côté pour faire oublier à leurs compatriotes la douloureuse déculottée du week-end dernier à Lomé où ils ont mordu la poussière devant les Eperviers du Togo (0-2).

Une défaite qu'ils imputent au manque d'efficacité dans tous les compartiments de l’équipe avant que Volker Finke ne vienne pointer du doigt l'arbitrage du mauritanien Rajindraparda, et aussi, le mauvais état de l'aire de jeu qui n'a pas permis l'élaboration d’un jeu alléchant. « A Lomé, nous avons manqué le but en tout début de la partie qui aurait changé le cours du match. Nous avons raté au moins cinq occasions de but. Il faut juste discipliner les joueurs, c'est le football, il y a des rencontres qu'on perd sans trop comprendre pourquoi.

On va travailler nos erreurs pour la suite», promet le nouvel entraîneur des Lions indomptables, rejoint dans cette posture par ses poulains qui jurent de mieux faire après demain à Kinshasa. Sevrés de Samuel Eto’o dont le retour dans la tanière reste hypothéqué, les Lions devront mouiller le maillot pour venir à bout de cette sélection congolaise qui évolue à domicile.

Lacunes

Mais avec quelle équipe ? Très critiqué pour le dispositif tactique qu’il a utilisé face aux Eperviers à Lomé avec un milieu de terrain à quatre joueurs à vocation défensive (Enoh Eyong, Matip, Song Bilong et Makoun) le technicien allemand qui espérait densifier son entre jeu et remporter la bataille du milieu devrait revoir ses schémas. En défense par exemple, Danny Nounkeu, l’habituel défenseur central qu’il a décidé de reconvertir en latéral droit, devra retourner à son poste de prédilection. En fait, le sociétaire de Galatasaray est très à l’aise à l’axe mais son nouveau poste trahit quelques lacunes et impose certaines adaptations qu’il n’est malheureusement pas en mesure de développer. Tout comme la titularisation de Yannick Ndjeng sur le front de l’attaque avec qui on a associé Vincent Aboubakar.

Cette paire improductive qui n’a jamais été expérimentée, a manqué de niaque et d’allant. Résultat : Tchagouni Baba, le portier togolais, très souverain dans les airs, n’a pas été inquiété. Certes, le groupe, nous dit-on, a été appliqué mais il a beaucoup manqué d’âme, d’émotion et même de révolte. Confirmant ainsi qu’il n'existait aucun leader sur le terrain. Les absences conjuguées de Samuel Eto’o et Choupo Moting ont donc laissé un très grand vide.

Tout le contraire des Eperviers qui ont su produire du jeu, sans leur leader technique Emmanuel Adebayor. Pour ce match crucial, Finke qui joue également son va-tout, devra donc mettre des joueurs de métier dans leurs compartiments de prédilection ; cela éviterait qu’on assiste à nouveau au tableau sombre que certains de nos confrères (qui ont fait le déplacement de Lomé) décriaient : les couloirs offensifs qui n’ont pas fonctionné ; la complémentarité espérée entre les joueurs inexistante, le manque de percussions et surtout l’absence d’un vrai meneur. Bref, une victoire en Rd Congo viendrait apaiser le climat délétère qui a souvent régné autour de l’équipe à l’orée des grandes compétitions. Elle viendra surtout réconcilier les joueurs et leur public qui a recommencé à regarder les performances de son équipe chérie, d’un œil désabusé. A bon entendeur…

© Christian TCHAPMI | Le Messager

Focal:En attendant Samuel Eto’o…

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ! On l’attend comme le messie. Ses détracteurs peuvent continuer à le renier mais les faits restent implacables. Samuel Eto’o qui a fait constater sa blessure en fin de semaine dernière au staff médical des Lions indomptables avant de s’envoler pour l’Europe, où il continue à se soigner, manque énormément à cette équipe en panne de résultats depuis deux matchs déjà.

Le quadruple ballon d’or africain est à Barcelone mais son ombre continue de hanter la tanière. La preuve, ses coéquipiers ont à demi-mots reconnu cette trop présente absence du goléador mardi dernier. Nicolas Nkoulou, Alexandre Song et Eyong Enow, ont confessé que le forfait du maître à jouer des fauves est un sérieux handicap pour le groupe. «Samuel est pétri de beaucoup de choses. C’est un manque quand il n’est pas là», a avoué Nicolas Nkoulou, le capitaine adjoint. «Tout parle pour Samuel. Au Cap vert, on avait perdu sans lui ; et nous étions les premiers à dire qu’il fallait qu’il revienne», certes, avoue le milieu de terrain du Fc Barcelone.

Un sentiment que partage Volker Finke qui souhaite que « Samuel Eto’o rejoigne le groupe pour le match à Kinshasa ». Si à un certain moment on pouvait se passer de la présence ou non de l’ancien interiste puisque Eric Maxime Choupo-Moting l’avait valablement suppléé avec une moyenne d’au moins un but par match, les Lions vont devoir retourner à l’orthodoxie. L’attaquant de Mayence blessé, le génie du meilleur buteur de l’histoire des Lions (qui a inscrit à lui seul les deux buts du match aller Cameroun-Togo du 23 mars dernier), reste (peut-être) la clé du match de dimanche prochain. Croisons les doigts et attendons.

C.T.

Commentaires (1)

1. samuel 14/06/2013

Mais les camerounais se tronpe bien, je pense dans ce groupe il ya pas une tres bonne equipe comme la RDC. Donc trop d'attention surtout que tous ces joueurs congolais qui douter venir jouer pour leurs pays a cause de la guerre depuis 1998, ont accepter de venir repondre et defendre leurs drapeau. Les amis du cameroune c'est pas du tout facile pour vous

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau