Lions Indomptables en ballottage défavorable

En allant arracher un match nul sans but de surcroît face aux Aigles de Carthage à Rhadès, les Lions Indomptables se sont compliqués la tâche pour le match retour.

11-entrant-lions-indomptables.jpg

L’essentiel de notre analyse portera sur la performance de la sélection camerounaise face à son homologue de Tunisie et une projection sur les enjeux du match retour. Puis nous plancherons sur les autres confrontations de cette phase ultime de qualification.

I- Des confidences de vestiaires qui ont enflammé l’opinion

A l’issue de sa victoire face aux Chevaliers de la Méditerranée à Yaoundé, les Lions Indomptables ont fait la « une » non pas dans la célébration de la qualification en vue des barrages mais l’annonce dans les vestiaires, du capitaine à l’endroit de ses coéquipiers, de sa décision de mettre un terme à sa carrière internationale (une déclaration de plus). La polémique y relative a enflammé l’opinion publique nationale voire internationale au point où certaines personnes dont le statut impose le respect, ont engagé un procès en sorcellerie à l’endroit de la presse camerounaise accusée d’avoir imaginé de manière mensongère et irrévérencieuse les déclarations du capitaine des Lions Indomptables. Fort heureusement, deux temps forts sont venus rétablir la vérité en donnant raison à la presse.

Premièrement : deux jours après le match Cameroun-Lybie, une chaine de télévision étrangère – de notoriété – a diffusé en mondio-vision les images et les déclarations du capitaine des Lions indomptables. (Canal + dans son émission Talents d’Afrique). Deuxièmement : l’audience accordée par le Secrétaire général de la Présidence de la République au capitaine des Lions Indomptables deux jours après le début du stage bloqué relatif au match Tunisie-Cameroun. Nous profitons de cette opportunité cardinale pour condamner avec force et rigueur toutes formes de procès d’intention et en sorcellerie à l‘endroit de la presse pour avoir divulgué de banales et vulgaires confidences des vestiaires des Lions Indomptables. Banales et vulgaires confidences qui n’ont aucune incidence positive et déterminante dans le développement du Cameroun.

II – Les lacunes des Lions

Le stage bloqué des Lions a démarré en France avec son lot de vicissitudes et d’indélicatesses. Il est à relever l’arrivée au compte gouttes des joueurs convoqués, le déficit criard et pathologique de la gestion de l’intendance, les défections en cascade des joueurs suite à des blessures et l’arrivée tardive du capitaine. Bon an, mal an, le stage s’est tenu et s’est achevé la veille du match avec la traditionnelle reconnaissance de l’aire de jeu. Sur le plan tactique, les Tunisiens ont opté pour un 4-3-3 systématique qui annonçait clairement leur intention d’aller à l’abordage tous azimuts.

A l’opposé, le Cameroun a mis en place un pseudo 4-4-2 qui était en réalité un 4-5-1 avec huit joueurs à vocation fondamentalement défensive. N’eût été la maestria de Itandje qui était en état de grâce, les Lions Indomptables auraient encaissé, au meilleur des cas trois buts au cours des vingt premières minutes. Le riposte des Camerounais s’est affichée après la 25e minute dans une vitesse de la tortue même si l’on entrevoyait une reprise de confiance dans la conservation du ballon et certaines actions d’éclat personnelles du capitaine Eto’o, Joël Matip et Jean II Makoun.

Après un relâchement des Tunisiens, les Camerounais ont repris du poil de la bête en s’offrant une pertinente occasion de but mais vendangée par Makoun. C’est par un « ouf » de soulagement que la sélection camerounaise achève la 1ère mi-temps, pendant que les Tunisiens manifestaient un sentiment de déception et de regret au regard de la spirale d’occasions de buts manquées. La 2e mi-temps a été l’image de la première tant sur le plan tactique que sur le plan de la production du jeu et des statistiques relatives aux occasions de buts qui étaient à la faveur des Tunisiens même si l’on peut noter le break manqué par Achille Webo pour le compte du Cameroun. Le véritable péché des Lions Indomptables au cours de cette rencontre a été le déficit d’explosivité, de sérénité et surtout de fraicheur athlétique. Car 90% des occasions de buts des Aigles de Carthage étaient des coups de tête dans la surface de réparation camerounaise. En réalité, les Camerounais ont perdu la majorité des duels tant au sol que dans les airs.

III – La priorité n’est pas dans la qualification ou non

Contrairement au sentiment de satisfaction de l’entraîneur camerounais à l’issue de ce score de zéro but partout, nous présumons avec pertinence et exigence que ce résultat est en faveur des Tunisiens du point de vue psychologique. En effet, la pression sera plus forte du côté des Lions Indomptables dont la ligne offensive est inefficace au point où certains observateurs avertis pourront faire un brin d’humour en qualifiant l’attaque camerounaise d’être victime de stérilité voire de ménopause sportive. En effet, en presqu’une demi douzaine de rencontres, les Lions Indomptables n’ont marqué qu’un seul but. L’inconnue de l’équation du match retour devrait être trouvée concomitamment par le staff technique et l’administration des Lions Indomptables. Au demeurant, une qualification ou non des Lions Indomptables à la coupe du monde du Brésil 2014 ne saurait être une fin en soi car la priorité fondamentale est l’émergence du mouvement sportif en général et du football local en particulier. Et pour ce, une véritable politique révolutionnaire sportive doit être mise en place en vue d’un vaste chantier qui viendra remédier le sempiternel problème des infrastructures. Afin que la jeunesse sportive camerounaise s’épanouisse sereinement au pays.

IV – Côte d’Ivoire, Nigeria et Ghana ont un pied au Brésil

Le Cameroun, au vu de son résultat du match aller à Rhadès (Tunisie) est en ballottage défavorable. Car il suffit d’un simple score de parité avec buts à Yaoundé et les Camerounais revivront les douloureux événements d’octobre ou novembre 2005 lorsque les Pharaons nous avaient barré la route du mondial allemande 2006. Toutefois, à côté de ce Tunisie-Cameroun, il y a lieu de souligner que cette phase de barrages, ultime étape qualificative pour la coupe du monde Brésil 2014 a mis aux prises de grosses pointures du football africain Côte d’Ivoire, Nigeria, Sénégal, Ghana, Egypte, Cameroun, Tunisie et Algérie.

A ces mastodontes, sont venus se greffer deux outsiders qui avaient été les révélations de la Can 2013 : le Burkina Faso (finaliste) et l’Ethiopie (qui avait fait une excellente prestation au cours de la même Can 2013). Les confrontations qui ont opposé les autres protagonistes de ces barrages qualificatifs ont été très relevées d’ores et déjà, certaines sélections ont un pied à Brésil 2014. Il s’agit du Ghana qui, jouant à domicile à Accra, a laminé les Pharaons qui ne se font plus d’illusions. Leur espoir reste maintenant accroché au sort de National Al Ahly qui dispute la finale de la ligue des champions de la Caf dont le match retour a lieu ce week-end au Caire. L’adversaire du club égyptien n’est autre que Cotonsport de Garoua. La Côte d’Ivoire aussi hume déjà l’odeur du Brésil après sa victoire sur les Lions de la Terenga. Ces derniers continue de rêver surtout après qu’ils aient marqué un but en terrain adverse. Les Sénégalais qui portent le deuil de leur ancien coach Bruno Metsu entendent damer le pion aux Eléphants. Mais ce ne sera pas une partie de plaisir.

Le Nigeria en allant réaliser un hold-up à Addis-Abeba devant la sélection éthiopienne est lui aussi assuré d’être présent au mondial 2014. Car nous voyons mal la sélection éthiopienne rendant la politesse aux Super Eagles. L’autre pays en ballottage défavorable est le Burkina Faso qui, vainqueur à Ouagadougou des Fennecs avec un seul but d’écart n’est pas certains de venir à bout de ceux-ci ou d’arracher un score de parité à Alger. Comme nous pouvons le constater, les matches retour des présents barrages se révèlent être des duels aux couteaux pour certains.

Résultats des matches aller

Tunisie-Cameroun 0-0

Ethiopie-Nigeria 1-2

Burkina Faso-Algérie 3-2

Côte d’Ivoire-Sénégal 3-1

Ghana-Egypte 6-1

© Aurore Plus : Donès et François Michelet Assong

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau