Depuis son lit d´hôpital, Jean-Paul Akono rompt le silence: "Je serai prêt le 02 Juin"

"Les agitateurs d´à-côté qui présentent un nouveau coach, c´est leur affaire. Je crois qu´ils ont le droit de faire ce qu´ils veulent, mais à condition de ne pas perturber n´est ce pas l´équilibre que nous avons au sein des lions indomptables."

jean-paul-akono-41.jpg

Ci-dessous, l'interview de Jean-Paul AKONO, coach des Lions Indomptables, accordée ce Vendredi matin à Joseph Valéry Fotso de la Radio Tiemeni Siantou (RTS) à Yaoundé:

Comment vous allez coach?

Je suis débout. Je viens de me réveiller. J'ai même prié. Donc, j´attendais votre coup de fil.

Nous sommes ensemble, est-ce que vous pouvez dire au commun des mortels ce qui s´est réellement passé avec votre santé, coach?

J´ai eu un petit malaise samedi passé. J’étais entrain de voir un match, Schalke 04 contre je crois, Fribourg. Je suivais certains de mes joueurs et puis j´ai commencé à ressentir la lourdeur sur mon côté droit à partir de la face jusqu´au pied. Je sentais une sorte de lourdeur qui tendait n´est ce pas, à me trainer vers ce côté-là quand je me levais. Donc, j´ai immédiatement appelé le médecin de l´équipe nationale qui est venu. Il m´a administré un scanner qui n´a pas donné grand´chose. Il m´a amené prendre une prise de sang. Les éléments constitutifs du sang étaient en place, étaient clairs. Je n´avais pas de problème de ce côté-là. Et hier ou avant-hier je crois, on a fait une descente sur Douala pour compléter les analyses et on a trouvé que c´était un AVC bénin, un AVC clinique, c´est comme cela qu´on appelle cela. Ce n´était pas le genre d´ AVC à paralyser complètement une partie du corps. C´était soulageant. J´ai eu ce malaise mais je ressentais toutes les sensibilités quand on me touchait au pied, je le ressentais et quand on me touchait à la main, je ressentais aussi, même si j´avais des difficultés au niveau de l´élocution.

Aujourd´hui on est heureux par rapport à l´aboutissement, on a déjà envie de poser la question que tous les auditeurs attendent. Est-ce que vous serez d´attaque déjà contre l´Ukraine et même contre le Togo et contre la RD Congo ? Vous vous sentez d´attaque, coach?

Non, non, non, je serai prêt. Je crois même que je serai prêt le 02 juin. Je vous dis que ca été un AVC léger comme disent les médecins. Il y a eu juste un début de paralysie, c´est ce qui fait que je marche très difficilement, mais je suis debout, je marche même si c´est difficile. Mais je crois qu´avec les massages dont je fais l´objet où je suis, je crois que c´est une question de jour tout simplement pour récupérer entièrement.

Certaines sources annoncent que pour montrer que vous êtes effectivement au boulot, vous avez opéré des changements. Déjà quelques changements par rapport à la blessure de Chedjou? Vos observations par rapport à votre liste, coach?

Beh, Aurelien Chedjou, j´ai appris un peu qu´il a eu mal au pied. Je crois qu´il a été immédiatement remplacé par Sébastien Bassong et je crois que pour les prochaines échéances, je crois qu´il nous faut quelques joueurs encore. Il nous faut Wome Nlend, il nous faut Mandjek Georges, il nous faut Achille Webo, il nous faut évidemment Sébastien Bassong parce que les matches seront très rudes. Je crois qu´il nous faut au moins 30 joueurs pour que nous puissions mener à bien ces étapes. Donc Chedjou, m´a-t-on dit a été blessé à la cuisse. IL a été remplacé par Sébastien Bassong ce qui est déjà très bien. Il nous faut trois autres joueurs que je viens de citer Wome Nlend, Achille Webo, Achille Emana et Mandjek Georges. Naturellement, ca vous laisse tranquille l´actualité qui est autour de votre poste.

On annonce déjà l´arrivée de votre successeur, cela vous laisse comment dans votre esprit?

Je crois que cela ne nous intéresse pas. Nous faisons le travail comme il se doit. Les agitateurs d´à-côté qui présentent un nouveau coach, c´est leur affaire. Je crois qu´ils ont le droit de faire ce qu´ils veulent, mais à condition de ne pas perturber n´est ce pas l´équilibre que nous avons au sein des lions indomptables. J´ai l´impression que c´est leur but. Je crois qu´ils doivent arrêter ce genre de choses. Je crois qu´il y a un staff qui est en place, qui fait du boulot. Même si je ne suis pas là, il y a un adjoint qui est là. Je pense que, il faut absolument laisser ce staff travailler dans la tranquillité un peu retrouvée. Il n´est pas question de venir mettre la confusion dans la tête de gens pour parler d´un nouvel entraineur qu´on présente à la télévision comme si c´était le soldat du monde. Je pense que chacun doit avoir ses responsabilités; nous nous avons les nôtres et nous les assumons et je crois que ceux qui veulent venir perturber la sérénité qui semble retrouvée au sein des lions aujourd´hui répondront de leurs actes demain ou après-demain.

Globalement, est ce que vous avez eu à échanger avec certains joueurs pour savoir comment est ce qu´ils réagissent par rapport á tout ce qui se passe dans la tanière?

J´ai reçu des encouragements du capitaine qui s´est vraiment apitoyé sur ce qui m´arrive. IL m´a recommandé de faire un peu plus attention avec ma compagnie. Je crois que c´était très encourageant de sa part et il m´a réitéré que tous les joueurs compatissaient avec moi. Je pense que c´est le plus important. Nous avons déjà un groupe qui marche bien, qui marche très très bien et comme je l´ai dit, il faut renforcer ce groupe par rapport aux échéances qui sont très importantes. Il faut accompagner ce groupe d´autres joueurs comme Wome Nlend, Achille Webo, Achille Emana, Bassong et Georges Mandjek.

On va vous libérer, peut-être un mot à l´ensemble des sportifs qui vous écoutent et à vos nombreux fans. Peut-être un mot, le mot de la fin avant qu´on ne se quitte, coach?

Je veux tout simplement rassurer et dire merci à tous ceux qui me soutiennent dans ma nouvelle épreuve. Je veux leur dire merci, vraiment grand merci. Je crois qu´avec leurs prières Dieu nous entendra, s´IL n´a pas commencé déjà à nous entendre puisque je dis bien, je marche déjà bien, c´est juste une question de jour, le temps de bien me reposer. Il faut avouer on m´a fait soumettre à une pression qui ne disait pas son nom. J´ai eu une amie qui est morte et qui était plus qu´une amie, une sœur, qui est morte dans des conditions très très difficiles, très violentes. Je crois que cela m´a secoué un peu et le football qui est venu s´ajouter, je crois que c´était trop fort pour un seul individu comme moi. Dieu merci, l´attaque n´a pas été une attaque violente aussi; c´était une attaque bénigne. Je crois que je récupère pratiquement. Encore quelques jours de repos, je serai sur pied. Je dis vraiment merci à tout le monde.

Merci Jean-Paul Akono de l´honneur que vous nous faites. Bon rétablissement, bon courage !

Interview réalisée par Joseph Valéry Fotso (Radio Tiemeni Siantou)

© Joseph Valéry Fotso (RTS)

Cameroun-info.net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau