Football - Coupe du monde 2014/ Mexique-Cameroun (1-0)

Dominateurs, les Mexicains lancent idéalement leur tournoi avec un succès (1-0) sur le Cameroun et prennent l'avantage dans la course aux huitièmes.

Mexique cameroun mbia 2692941 jpg 2332878

Les matches de Coupe du monde se suivent et se ressemblent pour les Lions Indomptables. Défaits lors de leurs trois matches en 2010, ils ont débuté leur campagne de 2014 de la même manière avec un revers (0-1) qui ne souffre d'aucune contestation tant son adversaire du jour, le Mexique, a semblé évoluer un cran au-dessus.

Au vu de la performance encourageante de la Croatie face au Brésil la veille, il y a fort à parier que la route vers les huitièmes de finale sera bien cahoteuse pour les coéquipiers de Samuel Eto'o. Sous le déluge de Natal, les Mexicains ont pris le match à bras le corps, montrant rapidement une supériorité collective évidente. Avec un peu plus de lucidité et de réussite dans le dernier geste, le Tri aurait pu prendre l'avantage dès le premier acte, à l'image de ce tir initial de Layun (8e) ou de cette action sur laquelle Marquez et Moreno se sont gênés après un bon coup-franc de Guardado (27e). Les joueurs de Miguel Herrera pouvaient aussi maudire l'arbitre de la rencontre, M. Roldan, après que ce dernier a refusé injustement deux buts à Giovani Dos Santos (12e, 30e). En guise de riposte, les Lions Indomptables s'en étaient remis à Eto'o, dont la reprise pied gauche a trouvé l'extérieur du poteau pour la principale occasion camerounaise du match (22e).

Peralta se fait un nom

Mais la persévérance mexicaine a fini par payer. Alors que la pluie redoublait d'intensité, le Tricolor a continué à se montrer le plus menaçant face à un adversaire souvent en retard et dont la réponse a été plus dans l'impact physique que la créativité. C'est finalement Oribe Peralta, préféré à Javier Hernandez dans le onze de départ qui a fait la différence. Après avoir buté une première fois sur Itandje (48e), l'attaquant du club local des Santos Laguna ne s'est pas fait prier pour pousser au fond un tir de Giovani que le portier camerounais avait remis dans ses pieds (1-0, 61e).

L'attaquant de 30 ans confirme son statut d'homme providentiel, lui qui avait déjà marqué quatre fois lors du barrage face à la Nouvelle-Zélande. A ce moment, les Lions Indomptables avaient déjà laissé passer leur chance. Uniquement dangereux sur un coup-franc dévié d'Assou-Ekotto juste à côté (59e), ils n'ont trouvé ni les ressources physiques ni l'ingéniosité offensive pour venir menacer Ochoa, seulement sollicité sur une tête renversée de Moukandjo (90e). Il faudra battre la Croatie, jeudi prochain (minuit), pour espérer entrevoir le tour suivant.

Le Point.fr

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau