Elections à la Fécafoot: Iya Mohammed reconduit à son poste, contre vents et marrées

Ce n’est pas encore la fin du feuilleton intitulé « élections à la Fécafoot ». Après de longues négociations et conciliabules avec le Premier ministre hier, il a été proposé aux membres de l’assemblée générale de la Fédération camerounaise de football d’adopter un bureau de consensus qui va connaître l’association de certaines anciennes gloires du foot camerounais.

iya-mohammed.jpg

Proposition foulée au pied par l’Ag qui a opté pour un passage en force en procédant au vote. Au finish, la liste que conduisait le président sortant a remporté le scrutin. «Vous pouvez continuer à m’insulter comme bon vous semble. Ça ne me fais ni chaud ni froid parce que je ne fais que mon travail. Je respecte les consignes qui m’ont été données par ma hiérarchie. Personne n’entre et personne ne sort ». Le vigile, auteur de ses propos n’a pas l’air de plaisanter. Surtout pas avec certains visiteurs qui tiennent absolument à franchir le portail métallique du siège de la Fécafoot ce mercredi 19 juin 2013. Il est environ 10h et l’endroit reconnu pour son calme, grouille déjà de monde.

Dans cette marée humaine, des délégués venus des 10 régions du pays, des Hommes de médias, des anciens footballeurs, des entraîneurs et de nombreux curieux tenus à bonne distance de l’entrée principale de l’édifice. Une forte escouade de policiers et de gendarmes veillent au grain. La consigne est claire : n’entre que le personnel et les responsables administratifs de la fédération. A travers la grille, on peut apercevoir Tombi à Roko Sidiki, secrétaire général de la Fécafoot, Francis Mveng, 3e vice-président, Seidou Njoya, membre du Comité exécutif qui échange avec Primo Corvaro, l’émissaire de la Fifa dépêché pour la supervision de ces élections et Marlène Emvoutou, candidate en lice. L’ancienne représentante du projet Aspire au Cameroun, drapée dans un ensemble gris qui épouse plaisamment la couleur de ses compensés, a plutôt l’air d’une star de cinéma lors d’une cérémonie de tapis rouge. Sur les visages des «recalés» dehors se lit à la fois de l’angoisse, de la confusion et un peu de désolation.

Ça chuchote dans tous les sens. Va-t-il avoir Ag ou pas ? De toutes les façons, « les choses du Cameroun ont toujours quelque chose de spectaculaire », lâche un délégué venu de la région du Littoral en agitant machinalement le badge qu’il porte autour du cou. Mais que se passe-t-il pour que tout ce beau monde soit retenu à l’extérieur alors qu’ils ont bel et bien reçu une convocation comme l’exige les textes de la fédé? Difficile de répondre à cette question dans un contexte enclin à des interprétations diverses. Pendant que d’aucuns soutiennent que « on attend que le sous-préfet délivre l’autorisation de manifestation », d’autres croient savoir que « l’ordre est venue d’en haut indiquant qu’il n’y aura pas d’Ag tant que le Pm n’a pas rencontré les différentes factions en place ». Bref, l’ambiance est lourde et la longue attente va finir par passer le relai à la frustration.

Pour tenter de ramener le calme et la sérénité, le président du comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc) venu en sapeur pompier, va rejoindre certaines des personnes citées plus haut dans une salle de la Fécafoot pour tenter de trouver une voie de sortie. Sauf qu´á cette rencontre, ne participe pas l´autre candidat John Begheni Ndeh qui, apprend-t-on, dit attendre sereinement dans son coin.

Soulagement

Après ce petit tête à tête, Kalkaba et ses hôtes sortent et démarrent en trombe. Direction : le Premier ministère où a lieu une réunion de crise, sans Marlène Emvoutou, interpelée quelques minutes après sa sortie de la Fécafoot pour une vieille histoire d’ « escroquerie ». Si rien ne filtre de cette séance de travail avec le Pm qui va durer plus de quatre heures, certaines indiscrétions laissent entendre que le Chef du gouvernement n’a pas voulu que les élections se tiennent dans un contexte marqué par une guerre des clans et a par conséquent opter pour la voie du rassemblement. Il est déjà 17h. La foule qui a pris d’assaut l’entrée de la Fécafoot n’est pas prête de quitter les lieux.

Après de longues heures d’attente, c’est peut être le soulagement puisque Etienne Tamo, membre du bureau exécutif va lancer la sonnette d’alarme: « que tous les délégués viennent entrer; chacun avec sa convocation ». C’est le branle-bas. Les délégués dont certains s’étaient abandonnés dans les bras de Morphée s’exécutent et regagnent la salle prévue pour l’Ag. Quelques minutes plus tard, le préfet du Mfoundi fait son arrivée, suivi d’Adoum Garoua, des deux candidats et de tous ceux qui ont pris part à la réunion chez le Pm. Il y a aussi Joseph Antoine Belle, Eugène Ekéké et Antoine Essomba Eyenga dont l’arivée sucite des applaudissements. La salle de conférence est visiblement trop étroite pour accueillir autant de monde mais on fait avec. On supporte. Le discours liminaire du patron des sports va être interrompu par certains membres du comité exécutif qui crient à tue-tête : « les élections ! les élections nous on veut voter ».

Unanimité

De sources bien introduites, il s’agit des pro-Iya Mohammed qui accusent une fin de non recevoir à la proposition du ministre qui vient de leur annoncer que le pm a négocié un bureau de consensus qui devrait certainement inclure Roger Milla, Emmanuel Mvé, Bell, David Mayebi et d’autres grands noms du football étiqueté comme des ennemis du président sortant écroué au Sed depuis plus de dix jours. L’ambiance est chaude dans la salle. La proposition du Minsep ne fait pas l’unanimité. Mais pour Primo Corvaro, le consensus est la voie à suivre. Et de relativiser, « l’assemblée peut faire fi du consensus, mais des décisions pendantes au Tribunal arbitral du sport (Tas) et à la justice camerounaise pourraient à tout moment conduire le football camerounais vers le précipice », rapporte une source au bureau exécutif.

Dix minutes plus tard, Adoum Garoua se retire, suivi par Bell, Essomba Eyenga et Abdourahmane Hamidou… Les délégués, eux, préfèrent se concerter avant de décider de la tenue des élections. Lorsque nous mettions sous presse, des sources introduites ont fait état de la reconduction d’Iya Mohammed au poste de président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot).

© Christian TCHAPMI | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau