Congo/Couronnement: Joseph Marius Omog offre le sacre à l’Ac Léopards

 

Grace à l’intelligence tactique de l’ancien entraîneur des Lions indomptables, l’Ac Léopards de Dolisie (Congo) a goûté à la gloire le 25 novembre 2012. Le club congolais peu connu jusqu’à présent, a réussi l’exploit de remporter la Coupe de la Confédération, la seconde plus grande compétition interclubs de football du continent en s’imposant à domicile face aux Maliens du Djoliba (2-1). Le stade Denis Sassou-Nguesso de Dolisie a vécu dimanche dernier une ambiance des grands stades africains.

La preuve, ce sont 4000 spectateurs venus de tous les coins du Congo pour célébrer avec l'Ac Léopards le plus beau jour de son histoire qui avaient pris d'assaut les tribunes. Dolisie est parvenu à réaliser l’exploit. Les Fauves du Niari, forts du résultat du match aller (2-2) ont débuté la rencontre sans temps d'observation. Pendant le premier quart d’heure les Djolibistes peu alertes courent après le ballon. La domination des poulains de Joseph Marius Omog se concrétise alors à la 23e minute, lorsque Césaire Gandzé, parti sur le flanc droit, déclenche dans les 18 mètres un tir qui ricoche sur le pied de Mohamed Oumar Konaté avant d’aller fouetter les filets d’Ali Yirango.

Les Djolibistes réagissent et une dizaine de minutes plus tard, Salif Coulibaly d'une splendide tête remet les deux équipes à égalité en trompant le gardien Mouyabi Gildas. Juste avant la mi-temps, Guelord Bebhey Ndey, qui rêvait de terminer en beauté la compétition, replonge le stade dans l'ambiance de fête en contraignant pour la seconde fois Ali Yirango à retourner au fond de ses filets. 2-1 en faveur des Congolais.

Le score ne change plus tout au long de la seconde période consacrant, pour la première fois l’Ac Léopards de Dolisie. Pour le coach camerounais, c’est un jour historique dans sa carrière. « Je suis un entraineur heureux ce soir. Nous avons beaucoup travaillé cette saison pour en arriver là. Nous récoltons le fruit de notre travail et notre abnégation.

Nous avions confiance et l’état d’esprit des joueurs a beaucoup servi la cause de l’équipe. Ils ont beaucoup communiqué entre eux, ce qui n’était pas le cas avant les autres matches que nous livrions à domicile. Même lorsque le Djoliba a égalisé, nous avons continué de croire en la victoire, sans jamais céder à la peur. C’est un grand jour pour les joueurs, pour le staff technique, pour le président et, plus largement pour tous les Congolais », confie tout ému, Joseph Marius Omog.

L’ancien coach adjoint des Lions indomptables sous l’ère Winfried Shäffer récolte là le prix d’un travail de longue haleine. Ceux des techniciens camerounais avec qui il a cheminé ont raison de le présenter comme un fin tacticien, un stratège en termes de lecture et de décryptage des schémas de jeu. Ancien professeur d’éducation physique et sportive, diplômé de l’Institut national de la jeunesse et des sports, (Injs), Joseph Marius Omog est l’un des entraîneurs les plus expérimentés que le Cameroun connaît. Son secret ?

Ce style qui lui permet de faire évoluer son équipe et quels que soient les résultats, il reste sur ses idées. Cet énorme potentiel lui ont finalement permis de décrocher ce sacre historique pour les Congolais qui remportent le trophée pour la première fois et de renouer avec un succès continental après près de 40 ans de disette. Chapeau M. Omog.

© Le Messager : C. T.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau