Cameroun: Voici les vrais raisons de l’interpellation d’Iya Mohamed par la police à l’aéroport de Douala

En partance pour l’île Maurice en compagnie du député Jean Jacques Zam et de Tombi A Roko Sidiki, le président de la Fecafoot a été stoppé au dernier couloir de l’aéroport de Douala.

image.jpg

Des sources nous indiquent qu’un coup de fil du premier ministre l’y aurait contraint alors que d’autres affirmeraient que la raison est ailleurs. Evocation !Après le renvoi des élections pour insécurité par le président de la Fecafoot, le nom du Premier ministre avait circulé comme celui là qui a empêché la tenue de l’assemblée générale élective de la Fecafoot ; que non ! Philemon Yang avait tout simplement manœuvré pour éviter en collaboration avec Martin Mbarga Nguele qu’il y ait un bain de sang suite à la tenue de celle-ci. Aujourd’hui Iya Mohamed semble être devenu dangereux pour le sérail et selon d’autres sources, ce dernier aurait été mis au courant d’une réunion « secrète » à la primature ayant regroupé quelques pontes du régime sur l’application immédiate des mesures du contrôle supérieur de l’Etat.

Cette résolution faisant suite à un rapport adressé à la haute attention du Chef de l’Etat sur la dangerosité de le laisser re-briguer un autre mandat à la Fecafoot car si ce serait le cas rien ne pourrait empêcher des débordements sur l’ensemble du territoire tant les tensions entre les pro-iya et les antagonistes sont perceptibles. Malgré la décision non coercitive du Comité national Olympique, l’équipe à Iya avait déclaré sous cape qu’il comptait continuer à gérer leurs affaires internes à leur guise ; comme pour dire « On s’en fout » à une grande majorité de camerounais qui en on marre de voir leur « football » en décrépitude avancée à ce jour. Ordre « officieuse » pour l’instant est donné à tous responsables sécuritaires pour empêcher à Iya de sortir du pays et la moulinette « coup de fil pour une réunion d’urgence » envoyée par Philemon Yang semble être la raison de son maintien avant l’application des résolutions sur le territoire camerounais. Même si comme un oiseau pris en cage, le directeur général de la Sodecoton se bat encore, la fatigue risque le gagner dans les heures qui suivent.

Quel avenir ?

98 délégués sur 100 qui devraient participer à l’assemblée générale de la Fecafoot sont aujourd’hui déclarés illégaux par la décision du comité national olympique, instance supérieure pour arbitrer sans contraindre bien sûr dans le cas d’espèce. Ce qui sous-entendrait que certains président des ligues élus devront encore repartir batailler à la base pour leur ticket à l’assemblée général malheureusement avec comme épée de Damoclès l’application de l’article 4 tant querellé à la base. La volonté des « pairs » du football camerounais, forte de leur Aura, gagne peu à peu le pourrissement constaté dans la gestion du « fanion » des camerounais. Affaire à suivre !

© Camer.be : Yannick Ebosse

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau