Cameroun - Malaise: Pour ses arriérés de salaire, Jean-Paul Akono mène une grève de la faim

L'ancien sélectionneur des Lions indomptables exige du Ministère des Sports et de l’Éducation physique, le paiement de 80 millions de F CFA au titre de sa rémunération durant son séjour sur le banc de touche de la sélection nationale fanion.

jean-paul-akono-41.jpg

Reclus à la chambre 115 pavillon (43) de cet établissement hospitalier, J.F. Akono, selon notre informateur, ne mange, ni ne bois depuis qu'il s'est vu signifier par son ancien employeur, en fin de semaine dernière, qu'il ne percevra que 40 millions de F CFA, soit la moitié de son dû, en guise d'avance sur facture. Ce qui n'a pas été du goût du sélectionneur, tant un échéancier de règlement total de son ardoise ne lui a pas été garanti. Alors qu'au lendemain de son éviction du staff technique des Lions, le Premier Ministre, chef du gouvernement, Philémon Yang, avait clairement exigé du Minsep que lui soit entièrement réglé son solde de 80 millions de F CFA, soit une rémunération mensuelle de 10 millions de F pour les huit mois au service des Lions indomptables.

C'est vraisemblablement cette situation qui l'a irrité, entrainant subséquemment sa rechute et son évacuation à l'hôpital militaire. Ce nouveau rebondissement dans le «feuilleton Akono», sans doute l'épisode le plus sérieux, refait surface moins de deux mois seulement après son retour de France où il avait été évacué pour suivre un traitement grâce aux efforts conjugués du capitaine de la sélection nationale fanion, Samuel Eto'o, et du Ministre de la Défense Edgar Alain Mebe Ngo'o, après que le convalescent ait squatté sans changements remarquables quelques cliniques de la capitale.

Ce feuilleton débute en effet au lendemain du match Cameroun # Togo, comptant pour la phase de poules des éliminatoires zone Afrique à la Coupe du monde «Brésil 2014». Rencontre d'ailleurs remportée par l'entraineur médaillé olympique 2000, qui revigore par ailleurs ses poulains dans la course à la qualification au mondial. Mais, il apprend quelques jours plus tard qu'un processus de recrutement d'un nouveau sélectionneur est engagé conjointement par la Minsep et la Fédération camerounaise de football pour l'évincer du banc de touche de l'équipe nationale. Ce qui n'était encore qu'une rumeur se concrétise et l'appel d'offre qui conduit finalement à l'enrôlement de l'actuel entraineur, Volker Finke, est lancé au grand dam de Jean-Paul Akono. Et depuis lors, «Magnusson», convalescent des jours avant, va de perfusions en perfusions et d'hôpital en hôpital pour tenter de récupérer sa santé déliquescente.

© Martin Jean Ewodo | L'Actu

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau