Cameroun - Lions Indomptables: Samuel Eto'o Fils, victime de la poisse?

Sans passer par quatre chemins, le «goleador» Camerounais parle d'une équipe décadente dont il n'a de cesse de décrier l'amateurisme et la mauvaise organisation, tournant autour de la mafia qui gangrène notre football.

etoo-decu-getty-009-thn-475x305.jpg

Depuis le 08 Septembre 2012, date à laquelle, une fois de plus, contre la «petite formation nationale de football» du Cap — Vert, les Lions Indomptables du Cameroun avec sur l'aire de jeu Samuel Eto'o Fils, ont essuyé une cinglante défaite. Deux buts pour les Cap-Verdiens contre zéro pour les Camerounais.

Une sortie ratée de la formation Camerounaise qui a compromis sa qualification pour la coupe des Nations Africaines de Football qui a lieu en Afrique du Sud. Ceci, d'autant plus que, pour des observateurs avertis du football Camerounais, les Lions Indomptables depuis cinq ans n'arrivent pas à remporter un match par un écart de trois buts. C'est ce score, peut-être moins, qui pourra les qualifier à Yaoundé au match retour contre la Tunisie en vue de la qualification de la coupe du Monde qui se tiendra en 2014 au Brésil. Directement, les conséquences des défaites des rencontres des Lions Indomptables sont des pilules difficiles à avaler.

A raison, Comme l'on a remarqué lors de la rencontre dominée par les Tunisiens, de «l'amateurisme et la mauvaise organisation» au sein des Lions Indomptables. Situation pourtant décriée par Samuel Eto'o Fils, et qui a occasionné la déculottée de l'équipe fanion de football Camerounais. Le joueur de Chelsea avait tôt compris donc pour se tirer d'affaire, il ne fallait pas participer à cette rencontre qui focalisait l'attention de tous les Camerounais. Surtout qu'une certaine presse, orchestre depuis quelque temps une campagne de sabotage et d’intoxication contre sa personne auprès de ses compatriotes à effet de ternir son image et de lui donner mauvaise impression même à l'international.

L'un des meilleurs joueurs africains de tous les temps, quadruple ballon d'or, qui également marque le football mondial par son talent indicible, a su une fois encore éviter de jouer le rôle de «Cache—sexe» d'une équipe décadente que le Ministre des Sports et de l'Education Physique Adoum Garoua, s'efforce d’enterrer. Quant à la virtuose du ballon rond, véritable mythe, que pour des raisons inavouées, ou par ignorance, quelques quidams veulent tourner en dérision en lui faisant porter le chapeau de la responsabilité de la déchéance de l'équipe nationale, pour l'amour qu'il porte à son pays, contrairement à ce qui est dit, ne fera jamais défection à celle-ci pour peu que du sérieux serait revenu en son sein. Ce que le public attend de Samuel Eto'o Fils, c'est des buts qui sont rares au sein de l'équipe.

LES FOSSOYEURS

Avec un état de service très contesté, Iya Mohammed, ancien président de la Fécafoot, actuellement en prison, serait à l'origine de la mascarade que traverse le football Camerounais. Le ménage doit donc se poursuivre à la Fécafoot, la grande poche de résistance. L'arrivée de Iya Mohammed à la tête de la Fécafoot en 1998 venait plonger le football dans une longue léthargie. Toutes ses énergies et celles de sa bande sont diluées, dit-on, dans les détournements des fonds que le ballon rond génère. En fait: l'ex-inamovible président de la Fécafoot est présenté comme le principal «assassin» du football camerounais aujourd'hui.

Au sein de la Fécafoot, il aurait créé un empire financier. Condescendant et paternaliste à souhait, cet originaire du septentrion a passé outre les vitupérations des camerounais très remontés contre lui à cause de sa gestion calamiteuse. Il y a lieu de demander davantage à Adoum Garoua qui, à la faveur du décret, s'est retrouvé Ministre des Sports et de l'Education Physique son administration d'origine. Il connaît bien la maison et devait de fait, apporter la solution idoine. C'est regrettable qu'il en soit seulement à inaugurer les chrysanthèmes comme ses prédécesseurs.

Les lions qui restent la seule fierté nationale, ne méritent pas çà. A moins que l'on veuille que ce soit encore Paul Biya qui vienne les entraîner, organiser les compétitions, sélectionner les meilleurs joueurs et les motiver comme il se doit. Volke Finke doit s'armer de tout son courage pour rectifier le tir en s'imposant absolument. Mais, à peine assis sur les bancs de touche, on crie déjà au scandale à cause de sa non lucidité dans ses choix tactiques et techniques.

© Elie Baho | Le Soir

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau