Cameroun: Les «Mbom bog» pour le retour de Samuel Eto’o

Les patriarches Bassa-Mpo'o Bati viennent d'adresser une lettre au capitaine des Lions Indomptables. Les Mbombog ne s'imaginent pas les Lions Indomptables sans Samuel Eto'o Fils.

samuel-etoo-220610-001-panoramic-ns-664.jpg

Les maîtres de la religion traditionnelle du peuple Bassa, l'ethnie dont est issue l'attaquant de Chelsea, ont réagi au retrait de leur «illustre fils de la sélection nationale de football fanion. Ils l'invitent à revenir jouer pour le Cameroun. Leur demande est contenue dans une lettre qu'ils lui ont adressée le 13 septembre 2013 sous le couvert du Ministère des Sports et de l'Education physique. «Cher digne fils, c'est avec amertume que nous, vos parents et vos grands-parents, patriarches et dignitaires du peuple Bassa-Mpo'o-Bati du Cameroun, avons appris votre récente triste décision de quitter l'équipe nationale de football du Cameroun.

Les Lions Indomptables, pour des raisons qui vous sont propres et nous ne vous jugeons pas», lit-on dans le premier paragraphe. Ils évoquent ensuite le devoir qui est le leur «de conseiller une de nos progénitures dans pareil cas». Pour le convaincre, ils citent l'adage qui dit qu' «on juge le danseur à partir du premier pas de danse et son amortissement au dernier pas». Ils citent aussi ses «actes patriotiques tant dans le social qu'au sein des sportifs camerounais (qui) ne sont ignorés de personne».

Ses «prouesses» footballistiques, la reconnaissance internationale dont il est l'objet («quatre ballons d'or africains») sont rappelées à l'occasion. Puis vient le moment du conseil. Samuel Eto'o est prié de tenir bon, de savoir encaisser les coups. «Nous, vos parents, vos grands-parents, vous conseillons de revoir votre douloureuse décision pour n'accepter de raccrocher votre maillot qu'après que vous aurez conduit l'équipe nationale à la Coupe du Monde 2014 au Brésil», écrivent les patriarches Bassa-Mpo'o-Bati. Tout en espérant que leur conseil «sera suivi comme ceux du passé».

© Pierre Arnaud Ntchapda | Le Jour

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau