Cameroun - Imbroglio : Iya Mohammed empêché de sortir du Cameroun

Rebelote : alors qu’il s’apprêtait à prendre l’avion pour l’Europe à Douala, le président de la Fécafoot a été invité à la Primature hier

image-1-1.jpg

Iya Mohammed refoulé à l’aéroport de Douala

De sources concordantes, le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a été éconduit de l’aéroport international de Douala hier lundi 27 mai. Celui-ci apprend-on, a été convoqué d’urgence par le Premier ministre chef du gouvernement avec qui il a eu une réunion importante en fin d’après-midi. Le cycle infernal se poursuit. C’est à croire que les jours se suivent et se ressemblent pour Iya Mohammed. L’homme aura besoin des nerfs en acier pour surmonter les nombreuses épreuves qui se dressent devant lui ces deux derniers mois. A peine a-t-il eu le temps de digérer la déconfiture qu’a été l’annulation de l’Assemblée générale élective de la Fécafoot samedi dernier, qu’il vient de recevoir un autre camouflet en plein visage.

Pour la seconde fois en l’espace d’un mois, le président de l’instance faîtière du football camerounais a été refoulé de l’aéroport international de Douala alors qu’il se rendait en île Maurice non pas pour des vacances, mais pour prendre part au 63e congrès ordinaire de la Fédération internationale de football association (Fifa) prévu du 30 au 31 mai prochains. L’homme fort de Tsinga qu’accompagnaient Tombi à Roko Sidiki et Jean Jacques Zam, respectivement secrétaire général et membre du Comité exécutif de la Fécafoot, s’est vu interdit de quitter le territoire national par des agents de la police en service à l’aéroport. Pour quelles raisons ? Un proche d’Iya Mohammed que Le Messager a joint hier, tente de rassurer l’opinion, arguant qu’il s’agit simplement d’un simple contretemps plutôt qu’une opération de guet-apens comme tenterait de le laisser croire certains médias établis à Douala. Pour lui, « il n’y a pas à s’affoler. Il n’y a rien de grave.

Le président (Iya Ndlr) se rendait à Maurice pour un conclave de la Fifa. Il avait déjà passé tous les contrôles administratifs d’usage et était même déjà prêt à embarquer, lorsqu’il a reçu un coup de fil très important. Lui-même m’a confié que c’est le Premier ministre qui l’appelait pour lui demander de regagner la capitale pour une réunion d’extrême urgence. C’est alors qu’il a décidé de rebrousser chemin en laissant des consignes à ses deux collaborateurs qui n’ont eu aucun problème». Une version très différente de celle d’une source policière qui nous explique que le président de la Fécafoot a été sommé de ne pas quitter le territoire national pour quelque motif que ce soit, tant que « certaines affaires le concernant restaient pendantes devant la justice ». Allusion faite, précise-t-il à demi-mots, aux dossiers relatifs à l’annulation des élections à la Fécafoot mais surtout au volumineux rapport du Conseil de discipline budgétaire et financière du Contrôle supérieur de l'Etat l’épinglant en tant que directeur de la Société camerounaise de développement du coton (Sodécoton) d’être responsable de 20 fautes de gestion ayant entraîné un préjudice de plus de 9 milliards de Fcfa à l'entreprise.

Dispositions statutaires

Sur les raisons de l’audience avec Yang Philémon, c’est encore un épais brouillard qui plane au-dessus de la Primature. Toutefois, des sources concordantes expliquent qu’il s’agit pour le Pm d’en savoir davantage sur les intentions d’Iya Mohammed après l’Ag annulée de samedi dernier. Les deux hommes s’apprêteraient à organiser une riposte pour faire bloc devant la Fifa au cas où cette dernière tenterait d’assimiler la décision (courageuse) du gouvernement à une ingérence du politique dans les affaires sportives. Quoi qu’il en soit, rien ne sert de clanser plus vite que la musique. Le temps nous permettra certainement d’en savoir plus sur la question. Iya et toute l’équipe actuelle de la Fécafoot jusque dans les Ligues décentralisées, restent en poste puisque des dispositions statutaires autorisant la continuité du service le leur permet.

En effet, l’article 29 du Code électoral de la Fécafoot renseigne : « l’Assemblée générale de la Fécafoot, le Comité exécutif de la Fécafoot, les assemblées des ligues régionales et départementales, les conseils et bureaux des ligues régionales et départementales continueront d’exercer leurs fonctions jusqu’à finalisation de la procédure électorale ». C’est dire qu’en attendant que les assemblées générales électives annulées dans la quasi-totalité des régions du Cameroun soient reprises, Iya Mohammed, Tombi à Roko et Cie restent dans la barque. L’heure du naufrage n’a visiblement pas encore sonné.

© Le Messager : Christian TCHAPMI

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau