Cameroun - Ils veulent renverser Iya Mohammed : Roger Milla, Le vieux Lion et sa bataille

milla-roger-098-thn-475.jpg

La figure la plus représentative du Comité peut diriger la Fécafoot, si le chef de l'Etat le veut.

Roger Milla n'est pas le président du Comité citoyen pour le redressement du football camerounais (Ccrfc), mais il est indéniable que le meilleur buteur africain de l'histoire de la Coupe du Monde de football en est la figure la plus représentative. Les prises de parole de l'homme de 61 ans ont toujours un écho qui va bien au-delà du cadre géographique dans lequel il se trouve. Au point où il est devenu, avec Samuel Eto'o, l'un des plus grands critiques de la Fécafoot. La semaine dernière, Milla a fait savoir que, pour faire partir Iya Mohammed, « s'il faut qu'il y ait un clash, il y aura un clash ». Il a poursuivi : « c'est ma bataille, je l'assume ».

Mais ses prises de position lui coûtent cher depuis quelque temps. Après la création du Ccrfc, Roger Milla a été limogé de son poste de président d'honneur de la Fécafoot, après une assemblée générale. Il est accusé d'avoir tenu des « propos injurieux à l'endroit de la Fécafoot, de son président, de ses dirigeants, ainsi que d'avoir appelé publiquement à des manifestations populaires et à l'insurrection contre la Fédération ». Il fait d'ailleurs savoir qu'il rend constamment compte de la mauvaise gestion du football camerounais au chef de l'Etat.

En termes de gestion, les capacités du vieux Lion ne sont pas avérées, mais qui sait ? Milla n'a-t- il pas dit la semaine dernière : « Si le chef de l'Etat me demande de le faire, je le fais » ?

© Le Jour : Ateba Biwolé

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau