Cameroun/FECAFOOT: Menace sur les alliés d'Iya: Marlène Emvoutou, la présidente désignée de la ligue du Sud recherchée par la Police

Après avoir fait l'esbroufe en annonçant sa candidature, Marlène Emvoutou, qu'on dit avoir été élue hier dans une élection imaginaire de la ligue du Sud, tenue dans un lieu secret à Yaoundé, jette l'éponge pour la présidence à la Fécafoot.

marlene-emvoutou640.jpg

Mais elle doit répondre au civil pour divers motifs. «Abus de confiance, escroquerie et rétention sans droit de la chose d'autrui» sont les chefs d'accusations qui pèsent contre la seule femme qui pourrait être installée comme la première présidente de la Ligue régionale de football au Cameroun. Alors que l'administration de la Fécafoot a reporté pour une date ultérieure l'Assemblée générale de la ligue régionale du Sud qui devait se tenir le vendredi 10 mai 2013, au siège de la Fécafoot, parce qu'interdite par les autorités, un procès- verbal sorti de nulle part indique que cette Ag s'est finalement tenue le dimanche 12 mai 2013 dans un lieu tenu secret à Yaoundé.

Annoncé comme une élection de listes, curieusement comme celle de la ligue régionale du Littoral tenue au forceps au siège de la fédération, au terme d'une trentaine de minutes, seul le Président a été élu, et ce dernier de rendre publique la liste du Conseil régional. Grosse incongruité: les Présidents sortants à chaque de ces deux élections ne sont pas conviés, à l'instar de plusieurs autres membres de ces Assemblées générales. Marlène Emvoutou qui joue le jeu de ses mentors de la Fécafoot, au point de se réjouir de cette vraie-fausse élection, est en difficulté du fait d'un avis de recherche lancé sur toute l'étendue du territoire national pour les motifs énoncés un peu plus haut. C'est le Commissaire Divisionnaire, Pierre Nith, ci-devant Chef de la Division régionale de la Police judiciaire qui a lancé le 17 Avril 2013, l'avis N° 00385/Dgsn /Drsnc/Drpjc/Srec, en signalant «qu'il y a lieu de rechercher activement sur toute l'étendue du territoire la nommée Emvoutou Marlène (sans autres précisions)».

Et de préciser par la suite qu' «en cas d'interpellation, la conduire au poste de Police ou de Gendarmerie le plus proche et aviser la Division régionale de la Police judiciaire du Centre...». À en croire cet avis de recherche, c'est l'Inspecteur de Police 2ème grade, Oum, du service des recherches et des enquêtes criminelles qui a la charge de pistonner Marlène Emvoutou, spécialiste en marketing sportif. Qui a porté plainte et pourquoi cette dernière, pourtant libre de ses mouvements, présente en direct sur des plateaux d'émissions à grande audience n'a toujours pas été interpellée? Là reste tout le mystère.

Toujours est-il que dans certains milieux Marlène Emvoutou ne serait pas très appréciée, car l'on laisse entendre qu'elle aurait du mal à honorer ses engagements et même ses créances. Selon certaines sources, la mise en cause dans cette affaire aurait extorqué de l'argent à certaines familles à qui elle promettait de faire voyager leur progéniture pour les Emirats Arabes, mais au bout du compte, les enfants n'ont jamais bougé de leur domicile. «Si tu connais la personne qui a déposé la plainte, fais-moi signe moi aussi je vais le faire» fulmine un parent, victime de l'escroquerie grande échelle joint au téléphone. Elle avoue sous cape avoir été délestée de la somme de 1 200 000 FCFA. Ce parent dit qu'elle fera un tour à la Drpj du Centre, pour espérer intégrer une plainte collective de parents floués.

Qui auraient mis le rouleau compresseur pour la broyer? La question reste posée. La supposée absence au pays de Mlle Emvoutou Marlène ne serait qu'un vilain argument pour se soustraire à certaines responsabilités. On ne saurait soupçonner les dirigeants de la Fécafoot, car aux dernières nouvelles, Marlène Emvoutou aurait retiré en catimini sa candidature et aurait pactisé avec la bande à lya pour l'adouber comme Présidente de la ligue régionale du Sud. Selon certaines indiscrétions, la citoyenne recherchée par le Commissaire Divisionnaire Pierre Nith serait en pole position pour faire partie des délégués devant siéger au sein de l'Assemblée générale de la fédération camerounaise de football. Comme disent les anglais: “Just wait and see”.

© Dimitri Amba | Aurore Plus

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau