Cameroun:Eto'o sur Iya Mohammed

samuel-etoo-2.jpg

Le jour s'est couché de fatigue accablé. Comme le Booz du père Hugo. Mais aucun songe d'amour n'habite les Hommes ivres de sang et de crimes rituels. Le jour a fait place à la nuit. Une nuit d'encre. Aucune luciole ne vient violer la noire nuit.

La nuit est en nous. Epaisse comme la conscience du diable. Les ténèbres sont avec nous. De leur tanière sont sortis les loups qui hurlent à la mort. La mort d'un homme. Les loups sont à la curée. Dieu!

Quel soif de sang. Trois pays sont riches en loups, dit wikipédia : la Russie : 25 000 loups; le Kazakhstan : environ 30 000 ; le Canada : 60 000. Ajoutons le Cameroun : environ 20 millions de loups…Brrr !

Nuit est noire. Nuit de Chine, nuit câline, nuit du Sine-Saloum ? Non ! Nuit du Cameroun où quand il fait nuit…tombe la nuit. Des ténèbres à couper au couteau. C'est la nuit des longs couteaux. Comme tous les prédateurs carnivores les loups sont sortis de leurs tanières. « Ils repèrent leur proie à l'odeur et aussi à la vue. Les loups localisent leur proie et ne la quittent pas des yeux. Il arrive aux loups de marquer des longs arrêts sans pour autant quitter leur victime des yeux.

La meute attendra le moment idéal pour se jeter sur la proie. Durant l'attaque les loups harcèlent leur proie, jusqu'à épuisement de cette dernière. Une fois la bête par terre les loups la mordent, arrachent des morceaux de chairs jusqu'à ce que l'animal meure. Puis c'est le repas, si la proie est énorme les loups la mangent en plusieurs fois ». Les loups du Cameroun chassent en meute, ils choisissent des proies solitaires. Vont de l'une à l'autre, l'une après l'autre. De Metouck à Iya Mohammed...

Après l'injonction adressée par la Fifa au gouvernement camerounais, plusieurs hauts dirigeants de la Féca‘food' font savoir qu'ils sont « solidaires du ministre des Sports, mis en cause pour ingérence. Le membre du gouvernement a reçu un soutien de poids qui arrive du côté où on l'attendait le moins. John Begheni Ndeh, David Mayebi, Antoine Essomba Eyenga, Pierre Semengue, tous quatre vice-présidents de la Fécafoot, Alioum Alhadji et Félix Nguelé Nguelé, tous deux membres du comité d'urgence de la Fécafoot ».

Ils ont signé une correspondance adressée au secrétaire général de la Fifa pour soutenir la décision du ministre Adoum Garoua de surseoir au processus d'élection au sein de la Fecafood jusqu'à nouvel ordre. Adoum Garoua-Iya Mohammed ? Il y a des proximités sociologiques ou géographiques qui laissent songeur...

Les loups comme les Hommes ténébreux ne sont pas connus pour leur courage. Ils choisissent en général des proies faibles et malades. Iya Mohammed comme hier Metouck, est une proie idéale. Cerné de toutes parts, recevant des coups là où il s'attend le moins, déjà frappé de 7 ans de déchéance publique, désormais sans passeport, combien de temps le directeur général de la Sodecoton, résistera aux coups de griffes de la meute ?

Metouck a tenu quatre ans. Quatre longues années où on le prédisait bon pour le gnouf. Il a fallu attendre le coup de boutoir assené par un décret anodin, pour qu'enfin la proie tombe et que les loups à la curée s'abattent sur lui comme... des loups. Iya est-il encore debout face aux ténébreux prêts à tous les crimes rituels ? Tant d'autres avant lui ont été traqués, stressés jusqu'à la ‘mort' subite. Iya s'est perdu dans la forêt. Il aurait dû depuis une décennie rendre son tablier au lieu de s'accrocher au bastingage. Voici venu le temps des gros tangages. Les loups hurlent. Aux loups s'ajoutent des loups. Les charognards sont au banc de touche. Pour mieux avoir la peau du gibier qui s'est lui-même enferré dans les contradictions de pouvoirs. Quand il prenait la Fécafoot, les Lions indomptables étaient au 5è rang du classement mondial Fifa/Caf. Ils sont maintenant au bas des pâquerettes, à ras du sol.

Afin de sortir de cette crise, les administrateurs qui se sont désolidarisés des dirigeants de la Fécafoot, proposent à la Fifa, une rencontre tripartite. «Compte tenu des dérives auxquelles nous assistons actuellement et qui sont de nature à menacer l'ordre public dans notre pays (sic), nous sollicitons qu'un dialogue soit établi avec les autorités gouvernementales dans l'esprit du programme Community si cher au président Blatter. Nous sommes pour une Fécafoot autonome travaillant dans un esprit apaisé avec les autorités de notre pays qui sont garantes de la sécurité. »

Bing ! Les notions fourre-tout sont convoquées par les loups. «L'ordre public». Ho ! Que de crimes, que d'exactions commises au nom de l'ordre public! Cela suffit pour ‘tuer' un homme, relégué au cachot du désespoir. L'Ocb a disparu. L'oncpb n'est plus vivante. Le Fogape s'est noyé. L'oncpb a nourri de milliers de prédateurs. La Camair a crashé sans les pilotes. La Regifercam a été vendue à l'encan. La Sonel nous a légués des délestages. En 30 ans, le Cameroun est passé de pays intermédiaire à pays pauvre très endetté, pour finir par la débâcle sociale et morale. Personne n'est responsable. Nul n'a troublé l'ordre public.

L'exercice du pouvoir ‘divin' produit des dirigeants sûrs d'eux et de leur politique : pour eux, seul autrui peut être mis en cause dans le cadre de la sanction. Le pire, c'est qu'ils accablent de leurs blâmes des comportements qui, lorsqu'ils en sont les auteurs, prendront une allure de normalité sans qu'ils soient jugés, un seul instant, du même ordre que ceux qu'ils dévorent. «Selon l'adversaire et l'endroit où ils donnent l'assaut, les loups attaquent différemment. Ils ne gaspillent jamais leur énergie à poursuivre longtemps une proie qui s'enfuit. Ils repèrent les animaux âgés, blessés ou malades, les encerclent et les attaquent.

L'un des loups de la meute se montre pour opérer une diversion. Pendant ce temps, les autres encerclent le troupeau, puis se précipitent. Les loups cherchent à mordre les pattes, l'épaule, les flancs ou la croupe. Il faut parfois plusieurs assauts pour faire tomber la proie. Un loup se pend à son mufle pour la paralyser pendant que d'autres s'accrochent à sa croupe. Étourdie par ses assaillants, attaqué de toutes parts, le gibier finit par succomber ».

Le loup est toujours présent dans le langage quotidien. On marche « à pas de loup ». On déclare avoir une « faim de loup ». On se promène « entre chiens et loups ». On se « jette dans la gueule du loup ». «L'homme est un loup pour l'homme». L'Eto'o se resserre inexorablement sur Iya Mohammed. Les loups ont recours à l'embuscade et à la poursuite. D'où viendra l'attaque finale ? De la «Fecafood» ? De la Sodecoton ? Des deux à la fois ?

Bon mercredi et à mercredi.

© Le Messager : Edouard Kingue

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau