Cameroun - Affaire foireuse : Patrick Mboma, Wome Nlend, Idriss Carlos Kameni entendus à la PJ

mboma-kameni-wome170513300.jpg

Pour une affaire d’investissements foireux... Patrick Mboma, Wome Nlend, Idriss Carlos Kameni…entendus à la PJ Ancien Pca de Hope finance Cameroun et Adg de Hope France, Patrick Mboma accuse son principal partenaire d’arnaque et d’escroquerie.

Dans le même temps, ses anciens coéquipiers Wome Nlend et Idriss Kameni lui réclament le remboursement des prêts estimés à de plus de 500 millions de Francs Cfa. Au moment où nous allions sous presse hier jeudi 16 mai 2013, les versions des différents protagonistes de cette affaire étaient confrontées à la Police judiciaire de Bonanjo à Douala. Interpellé vendredi, 10 mai 2013 à l’aéroport international de Douala, l’homme d’affaire, Jean Emmanuel Foumbi est détenu à la Police judiciaire (Pj) de Bonanjo, à Douala.

La détention de cet opérateur économique fait suite à une plainte déposée contre un autre opérateur économique de la place. Dieudonné Kengou accuse le fondateur des sociétés «Hope» d’arnaque, escroquerie et abus de confiance. Des accusations liées à des transactions financières dans le cadre du lancement d’une série de projet dans les domaines de la micro finance, la mutualisation, le courtage, le réseautage, la représentation commerciale, la création d’entreprise et l’ingénierie financière entre autres. Une affaire dans laquelle est cité l’ancien Lion indomptable, Patrick Mboma.

Dans les faits, Patrick Mboma Président du conseil d’administration de Hope finance Cameroun est également le Directeur général adjoint de Hope France dont Hope Cameroun en est le principal actionnaire. C’est dans cette optique que Patrick Mboma convainc Wome Nlend, Idriss Carlos Kameni ainsi que de nombreux autres actionnaires de souscrire au capital de cette entreprise. Une entreprise qui fera long feu. Des raisons pour Pierre Wome Nlend d’exiger le remboursement de la dette de 292 millions (hors intérêts) contractée à l’entreprise Hope finance par les soins de son ancien coéquipier Patrick Mboma tandis qu’Idriss Carlos Kameni réclame le remboursement de 97 millions de Francs Cfa accordés à la même entreprise. Des faits que relativise l’ancien Directeur général adjoint de Hope finance Cameroun qui estime avoir été floué au même titre que ses anciens coéquipiers. La confrontation organisée par les fins limiers de la police Judiciaire intervient après une série d’audition.

Des sources policières soutiennent en effet que l’ancien président du conseil d’administration de Hope finance Cameroun a été entendu trois fois depuis le lundi 13 mai 2013 tandis que des conseils représentaient ses deux anciens coéquipiers Pierre Wome Nlend et Idriss Carlos Kameni. Des «victimes» qui tiennent l’ancien Adg de Hope France et ancien Pca de Hope finance Cameroun pour responsable des pertes qu’ils enregistrent.

Mboma principal actionnaire

Nos tentatives pour joindre l’opérateur économique Patrick Mboma sont restées sans suite. Après de nombreux coups de fil renvoyés au répondeur, le reporter a fais parvenir à l’ancien Adg de Hope finance un message téléphonique déclinant l’objet de notre sollicitation. Une démarche qui n’a pas eu plus d’effets que les précédentes. Toutefois, indique une source proche de cet opérateur économique «Patrick Mboma ne sait rien de toute cette affaire.»

A en croire la même source, qui exhibe des documents dont Le messager s’est muni, Patrick Mboma serait le principal actionnaire du projet Hope finance avec un placement estimé à 700 millions de Francs Cfa. La même source affirme aussi que «Emmanuel Foumbi (le fondateur du projet Hope, Ndlr) s’est servi de la notoriété de Patrick Mboma pour arnaquer de nombreuses personnes qui avaient cru à ses multiples projets.» Une version que réfute l’homme d’affaire Jean-Emmanuel Foumbi. Le présumé explique que le Pca est le principal décideur de l’entreprise. Selon cette source, «c’est fort de ce statut que Patrick Mboma a contracté des prêts chez ses anciens coéquipiers Wome Nlend et Idriss Carlos Kameni». Des prêts concédés à des taux d’intérêts de 20%. Une entreprise qui ne prospère pas.

Difficile à l’instant d’expliquer comment l’entreprise a fermé. Encore moins quelles sont les responsabilités des deux principaux acteurs du projet Hope France et Hope finance Cameroun dans l’écroulement de ce projet qui a connu l’adhésion de nombreuses personnalités au sein du sérail. De toute éventualité, des sources évoquent un montant équivalent à 2 milliards de Francs Cfa placés par des investisseurs dans cette aventure à polémique. Affaire à suivre.

© Le Messager : Joseph OLINGA N.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau