Bras de fer Fifa-Cameroun – Réaction: Bep Pierre Ismaël dit Solo «La Fifa a anticipé sur la décision du Tas qui va débouter toute sa mascarade»

Depuis le 4 juillet 2013, la Fifa a pris la décision de suspendre le Cameroun. Ceux-là pour qui cette sanction est arrivée aujourd'hui rasent les murs et ne se vantent plus sur les plateaux de télévision et dans les chaînes de radio.

Le public sportif est resté serein tout comme les pouvoirs publics.Toutefois, chacun y va de son commentaire et de son analyse à l'instar de Bep Pierre Ismaël dit Solo, ancien capitaine d'Union de Douala et ancien Lion indomptable.

Ni les mesures, ni les retombées de la Fifa ne profitent à notre football

Bep Pierre Ismaël ne cache pas son camp. En tant que chef de département dans la reconversion, un syndicat national des footballeurs et Président de l'antenne régionale du Comité citoyen pour le redressement du football camerounais, il est un anti-Iya Mohammed dont le clan a exclu les footballeurs du processus électoral. Pour lui donc, s'il faut que notre football se développe, Il faut repartir de la base. «Les joueurs actuels doivent comprendre qu'ils sont une génération sacrifiée parce que les dirigeants actuels du football ne leur ont pas permis de réaliser leur rêve» a-t-il révélé avant d'ajouter que c'est là-dessus que joue la Fifa, qui sait que le sport roi est la seule religion et l'unique parti politique qui regroupent les Camerounais de tous bords.

Et avec les trois points qui nous ont été restitués contre le Togo, l'instance faîtière du football mondiale est convaincue que nous sommes focalisés sur la probable qualification et que de ce fait, nous souscrirons à ses exigences. «Mais mal lui en a pris car aujourd'hui, nous sommes prêts à sacrifier cette qualification pour reconstruire notre football. Car à l'heure actuelle, les intérêts mercantiles du camp Iya Mohammed n'ont pas de place devant celui du général du Football camerounais» même si, ni les mesures et encore moins les retombées pécuniaires de la Fifa n'ont pas aidé jusqu'ici notre football.

Pour illustrer son propos, il soutient que les Lions Indomptables ne sont plus la vitrine des joueurs à l'exemple d'Eto'o qui aujourd'hui, est en sélection non parce qu'il avait été découvert sous les maillots du Cameroun, mais parce que depuis son club espagnol Majorque, il réalisait des exploits au point de tenir tête aux équipes huppées telles le Réal de Madrid ou FC Barcelone. De même pour les joueurs comme Nicolas Nkoulou, Benoît Assou Ekotto, Moukandjo et bien d'autres Choupo Moting. En fait, ce sont les clubs étrangers qui sont plutôt devenus la vitrine où les entraîneurs des Lions indomptables vont puiser pour les besoins de la cause. Et Bep de révéler encore que: «De nos jours, les joueurs professionnels du terrain sont pauvres, les dirigeants des clubs croupissent sous le poids des dettes. Pendant ce temps à la Fécafoot on prétexte de construire un nouveau siège à coup de milliards».

C'est désormais le bras de fer entre la Fifa et le Cameroun

L’ancien capitaine d'Union de Douala est d'avis «que la Fifa nous suspende pour enfin régler définitivement notre problème» car d'autres pays (Ghana, Nigéria et autres) sont passés par là». Si nous voulons redorer notre blason suffisamment terni, nous devons assumer cette suspension», car de fait, la Fifa a suspendu le Cameroun parce qu'il y'a l'épée de Damoclès du Tribunal arbitral du sport (Tas). Elle ne veut pas que la décision de cette dernière instance juridictionnelle tombe pour la mettre en quarantaine et la débouter pour sa mascarade envers notre pays.

Le Tas pourrait faire face à la Fifa devant le Cameroun. Car à bien y regarder, l'instance faîtière du football mondial aurait pris fait et cause pour un camp. Pourtant ce sont des membres de la Fécafoot qui se sont plaints. Pourquoi celle-ci n'a pas pris en compte leurs récriminations? Face à la crise qui a secoué la Fécafoot jusqu'au 19 juin 2013, le gouvernement, dans le cadre de l'apaisement et pour éviter les troubles et l'ordre public avait proposé la continuité. On oubliait les élections et on mettait en place un comité exécutif de 25 membres dont 17 du clan Iya et 8 des camps adverses (Comité citoyen, Synafoc et autres de la faction John Begheni Ndeh). Cette proposition a été rejetée par le Comité exécutif 19 juin 2013 dont l'élection a été invalidée par la Commission (chambre) des recours de la Fécafoot.

«La Fifa, dans la structure qu'elle entend mettre en place à savoir le Comité de normalisation de la Fécafoot, a exclu Issa Hayatou de la médiation. Mais quand il faudra nommer les membres de cette structure, la Caf sera impliquée. Mais la Confédération africaine de football c'est qui? Et la Fifa connaît quels membres de la Fécafoot qu'elle pourrait nommer?» même si de l'avis de Bep Pierre Ismaël la Fifa n'envisage guère voir le Cameroun remporter un jour la Coupe du Monde, mais plutôt se faire de l'argent et beaucoup d'argent. Et lui de confirmer que «Désormais c'est le bras de fer entre la Fifa et le Cameroun». Car si avant le match comptant pour le dernier tour éliminatoire du Chan 2014, le gouvernement avait cédé aux conditions de la Fifa, celle-ci allait lever la suspension et le match Cameroun-Gabon se serait joué, ce d'autant plus que les Panthères et les officiels se trouvaient à ce moment à Yaoundé

. Par ailleurs se demande Bep, pourquoi la Fifa ne reconnaît-elle pas les décisions du Comité d'Urgence de la Fécafoot alors que le sien siège et décide de nous suspendre sur la base des correspondances à elle adressées par les pro-Iya. Pourtant dit Solo, Essomba Eyenga, un des vice-présidents de la Fécafoot qui s'était désolidarisé d'avec celui qui est en détention préventive à kondengui (Iya), a commis une correspondance soutenue à la Fifa dans laquelle il a relaté toutes les étapes qui ont fait problème tout au long du processus électoral. Celle-ci n'en a pas tenu compte.

La position de Bep dans ce bras de fer Fifa-Cameroun est sans équivoque: «Il ne faut pas que le Gouvernement cède. D'ailleurs, celui-ci n'a même pas encore réagi aux gesticulations de la Fifa». Actuellement, les autorités camerounaises proposent des membres de la société civile pour faire partie du Comité de Normalisation. Et lui de conclure: «Ce qu'il y a de vrai, est que ceux-là qui écrivent à la Fifa sont connus et il serait souhaitable qu'une enquête soit ouverte pour démasquer tous ceux-là qui veulent trainer notre football et notre pays dans la boue».

© Donès | Aurore Plus

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau