Boxe: Un Camerounais champion du monde poids lourds

Carlos Nesting Takam a envoyé au tapis le célèbre boxeur américain Michael Grant pour s’emparer de la ceinture mondiale du Wbf des poids lourds.

carlos-takam-002-thn-475.jpg

Vendredi 24 mai 2013. Michael Grant aura certainement du mal à oublier cette date. Ce jour, sur le ring de Noisy-le-Grand à Paris en France, au cours de la finale du Word boxing federation (Wbf), le Camerounais Armand Carlos Nesting Takam a battu le célèbre boxeur américain Michael Antony Grant. Il devient par ricochet le nouveau roi du monde du Wbf des poids lourds. En fait, selon le site ffboxe.com, Takam s’est imposé par arrêt de l’arbitre à la 8éme reprise. «Carlos Takam a passé un nombre inouï de crochets des deux mains à la face d’un Américain qui n’est plus que l’ombre du champion qu’il fut.

Une énième accélération de Takam au 8éme round, conclue par un crochet gauche laisse Grant s’affaler sur les cordes, l’arbitre arrête alors le combat». Au vu de son palmarès, son titre de champion du monde du Wbf des poids lourds n’est pas tant une surprise. Né le 6 décembre 1980 à Douala, ce n’est qu’en 2005 que Carlos débute sa carrière professionnelle, mais elle est déjà luxuriante. Avec vingt neuf combats livrés jusqu’ici, il a un match perdu et vingt huit gagnés, dont vingt deux par KO. Il est champion d’Afrique en catégorie super-lourds en 2003, champion d’Afrique poids lourds Wbo en 2011 et en 2012.

La carrière de Carlos Takam n’a pas toujours été rose. Que non! Quand il fait ses premiers pas dans le championnat camerounais en 2002. C’est en cette année qu’il intègre l’équipe nationale. En 2004 aux jeux d’Athènes, son rêve s’effondre dès le premier tour. Le Camerounais fait une fugue. Il ne rentretra pas au pays. Son frère, Alain Takam explique que, «confronté aux tristes réalités du métier au Cameroun où il n’y a pas de soutien, Carlos va décider d’aller en France se former et devenir professionnel.» Des années après, l’entraîneur national de boxe camerounais Justin Tchwem confiera en 2007, au journal Mutations que «pour un poids lourd, Takam est très mobile.

Il a une belle vitesse gestuelle et de réaction (contre-attaque). Je remarque que, depuis qu’il est passé chez les professionnels, sa puissance de frappe s’est améliorée.» Il n’avait pas tord. Les fruits sont visibles. Il fait une fois de plus la fierté du vert-rouge-jaune. Plus pour longtemps d’après certaines indiscrétions. Pourquoi ? En fait, explique Alain Takam, «avant le duel, quand on jouait les hymnes, c’est la Marseillaise qu’on a fait jouer à son passage. De plus, avant le combat, on parlait du camerounais, mais pendant et après le combat, il était devenu le français.» Voilà donc un talent qui, comme plusieurs (Françoise Mbango, Mathias Mbandjock par exemple) risque bien de prendre la nationalité française pour mieux faire carrière. Les responsables du sport camerounais qui n’ont d’yeux que pour le football, ne se sont toujours pas manifestés après la victoire de Carlos Takam. Pourront-ils se rattraper lors du retour du champion au bercail ? «Il vient au mois de juillet présenter sa ceinture aux Camerounais», dixit Alain Takam.

© Valgadine TONGA (Stagiaire) | Le Messager

Commentaires (1)

1. sylvain onguene 04/06/2013

c'est une très bonne initiative de nous faire parvenir des infos merci

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau