NIGERIA/FOOTBALL FÉMININ : LA FIFA CONTRE L´EXCLUSION DES LESBIENNES

lesbiennes300x300.jpg

La FIFA qualifie d´homophobe la décision de la ligue nigériane de football féminin d’interdire de compétition et de radier du championnat local toute fille en flagrant délit de lesbianisme.

"Les règles de la FIFA sont anti-discriminatives quelque soit la couleur de peau, l’origine, la race, la religion et les orientations sexuelles", tient á rappeler l´instance faîtière du football mondial.

Le 06 mars dernier, la présidente de la ligue féminine de football, Dilichukwu Onyedinma, annonçait que toute joueuse surprise ou associée à des actes de lesbianisme sera exclue de l’équipe, du championnat local et de l’équipe nationale.

La présidente de la Ligue nigériane de football féminine et membre de la Fédération nigériane de football, était même allée plus loin en affirmant : “Nous appelons les présidents de club pour contrôler leurs joueuses, et les joueuses ne seront pas en mesure de jouer pour l’équipe nationale”.

"L’homosexualité prend de l’ampleur dans le milieu du football au Nigeria et nous ne pouvons accepter cela. Il y a des clubs particuliers qui ne veulent même pas en entendre parler et une fois que cela sera fait, les acteurs concernés seront licenciés”, concluait-elle.

Le pays mène une lutte ouverte contre l’homosexualité; en novembre dernier, les sénateurs nigérians ont adopté un projet de loi interdisant le mariage gay et les manifestations publiques amoureuses entre homosexuels.

En 2010 déjà , plusieurs joueuses des Super Falcons présumées lesbiennes avaient été exclues de la sélection. Suite à cette décision, la Fédération Internationale du football mondial -FIFA, a aussitôt réagi.

L’instance qui a reçu de nombreuses plaintes des associations de lutte contre l’homophobie a adressé un courrier à la fédération nigérianne pour demander des explications et reconsidérer sa décision, sous peine d’intervention directe. Les règles de la FIFA sont anti-discriminatives quelque soit la couleur de peau, l’origine, la race, la religion et les orientations sexuelles ; la fédération nigérianne, s’expose donc à des sanctions, car sa décision d’interdire le lesbianisme dans ses rangs va à l’encontre des textes de l’instance internationale à laquelle elle est pourtant soumise.

Cependant, c’est un bras de fer qui se profile déjà à l’horizon, car l’homosexualité est interdite et passible de peine d’emprisonnement allant jusqu’à 15 ans au Nigeria. Assistera-t-on à un bras de fer entre la fédération nigériane de football et la FIFA? Les prochains jours nous le diront.

© camer.be : Issa-Behalal

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau