L’étoile du Ghana monte… le Niger redescend sur terre

ghana-1.jpg

Dans un match qu’ils sont entamé par le bon bout, les Black Stars du Ghana ont évité les frayeurs propres aux derniers matches de poule.

 

Vainqueurs faciles (3-0) d’un Niger combattif mais trop limité, les coéquipiers d’un excellent – mais parfois suffisant– Gyan finissent en tête du groupe B et affronteront le Cap-Vert en quarts de finale.

Les chances du Niger étaient aussi minces que l’assistance qui garnissait les tribunes du stade Nelson-Mandela-Bay de Port-Elizabeth, pour le compte de la troisième journée de groupe B de la CAN 2013. Quant au Ghana, il tenait à l’emporter pour s’assurer la première place de la poule et affronter le Cap-Vert plutôt que l'Afrique du Sud chez elle, et surrtout prouver qu’il n’était pas un outsider à l'étoile pâlissante mais bien un sérieux prétendant au titre continental. Comme souvent dans ces matchs décisifs, le jeu part sur de bonnes bases, sans le moindre round d’observation.

Et dès la 6e minute, Asamoah Gyan profite d’un marquage lâche pour, de près, battre Daouda Kassali (1-0). Le Ghana se facilite la tâche. Mais le Niger entend sortir les armes à la main et montre des qualités qu’on ne lui soupçonnait pas, comme sur cette combinaison entre Talatou et Modibo qui donne un corner.

Lequel finit par but refusé pour le Niger pour charge sur le gardien, une décision bien étrange car Dauda n’avait pas attendu d’être touché pour manquer sa sortie (9e) ! A ce moment du match, les Ghanéens font valoir un jeu collectif nettement supérieur. Et leur supériorité se concrétise sur un contre mené de main de maître.

Une séquence brésilienne où Gyan, à la baguette, sert Atsu qui amortit de la poitrine, efface un opposant et glisse le ballon de l’extérieur du pied droit dans les filets malgré un angle fermé (23e). Si le Niger ne renonce pas, ses attaquants semblent isolés, incapables de lancer des mouvements collectifs. Et individuellement, chaque contrôle nigérien est un peu trop long pour surprendre la défense du Ghana.

La frustration de Maazou

match.jpg

La deuxième mi-temps est un copié-collé de la première. Dès la 49e, sur un coup franc de Kwado Asamoah repris de la tête par Gyan, le gardien repousse comme il peut mais Boye suit et pousse le ballon au fond.

Comme à la parade ! Deux minutes plus tard, le gardien Kassali enlève le ballon de la tête de Gyan, puis se couche devant la menace ghanéenne sur le corner qui suit.

Le Niger devient très fébrile derrière, au moment où Maazou met un gros coup de casque – largement à côté – puis déborde avant de délivrer un centre parfait pour personne, comme pour faire sortir l’énergie contrainte malgré lui depuis le début de cette rencontre frustrante (55e et 56e).

Le Ghana domine sans compter mais Gyan pèche par facilité en donnant le ballon au gardien adverse alors qu’il pouvait mieux exploiter sa bonne position, avant de manquer le cadre d’une reprise en extension (61e et 62e). A la 69e, Gyan cherche la lucarne comme à l’entraînement. On se demande alors ce que l’on peut encore attendre de ce match à sens unique… Rien ne viendra.

Le Niger, qui souhaitait créer la surprise en imitant le Cap-Vert, regardera le petit poucet de la compétition affronter son adversaire du jour dans un quart de finale a priori déséquilibré, samedi 2 février, à Port-Elizabeth.

Les hommes de Gernot Rohr se consoleront en repensant qu'ils ont pris leur premier point dans la compétition à l'occasion de cette édition 2013 de la CAN.

RFI

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 28/01/2013