Afrique du Sud - Mali : les Bafana Bafana ne veulent pas s’arrêter là

bafana.jpg

L’équipe d’Afrique du Sud va défier celle du Mali en quarts de finale de la CAN 2013, le 2 février.

La sélection hôte ne veut pas s’arrêter en si bon chemin, surtout dans sa ville fétiche de Durban.

Même si les Bafana Bafana savent que la rencontre face aux Maliens sera éprouvante.

« This is Durban ! » Ici, c’est Durban. Bienvenue dans la ville fétiche des Bafana Bafana. L’équipe nationale sud-africaine s’apprête à y défier celle du Mali, en quarts de finale de la CAN 2013, le 2 février. Une cité où les Sud-Africains se sont inclinés une seule fois en dix-neuf matches disputés depuis plus de vingt ans. C’était en mai 2003 face à l’Angleterre (1-2).

C’est à Durban, en outre, que l’Afrique du Sud postapartheid a disputé son premier match international, en juillet 1992, avec une victoire face au Cameroun.

Depuis, le bilan de l’Afrique du Sud à Durban est éloquent avec 13 victoires, 5 nuls et 1 défaite. De quoi renforcer la confiance de l’attaquant Siphiwe Tshabalala : « Le match contre le Mali va être dur […].Mais ce qui nous motive, c’est que le pays croit en ses Bafana Bafana et que les supporters, ici, à Durban sont géniaux. » Le défenseur Siboniso Gaxa confirme : « C’est bon pour nous de jouer ici et on espère que ça nous aidera à faire la différence. »

Répondre au défi physique malien

Les joueurs sud-africains comptent sur le soutien du public du stade Moses-Mabhida pour faire plier le Mali, une équipe qui a éliminé le pays hôte de la CAN 2012 – le Gabon – au même stade de la compétition. « Ça va être très difficile, le Mali a une très bonne équipe avec de grands joueurs, prévient le gardien de but Wayne Sandilands. Ils sont aussi très forts physiquement. Il faut donc qu’on fasse en sorte de pouvoir jouer notre football, de relever le défi physique. Il faudra être très attentifs et disciplinés dans toutes les zones de jeu. Mais je pense que nous avons ce qu’il faut pour nous qualifier. »

La pression sera pourtant sur l’Afrique du Sud, nation hôte et désormais attendue, malgré un début de tournoi timide. « Les attentes sont importantes et nous devons atteindre la finale, mais on prend un match après l’autre », tente de dédramatiser l’attaquant Lerato Chabangu.

Les Sud-Africains auront par ailleurs une petite revanche à prendre. Ils avaient été éliminés par les Aigles en quarts de finale de la CAN 2002. Le Mali était alors dans la position inverse : celle du pays hôte...

Par RFI

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau