VIH/Sida en milieu scolaire: 40% d’infectés âgés de 15 à 24 ans

Un séminaire-atelier sous-régional planchant sur la question s'est ouvert ce mardi 2 Avril dans la capitale économique.

Douala abrite depuis ce mardi 2 avril, un atelier sous-régional de présentation des résultats de l’évaluation des outils curriculaires et de formation en éducation au VIH/SIDA, suivi de préparation et d’évaluation de terrain. II est organisé dans le cadre du programme photo de formation à distance des enseignants du primaire, du secondaire et des écoles normales par le biais des nouvelles technologies. Organisé par l'Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), a travers son Bureau International d'Education, ce programme bénéficie du financement du Gouvernement nippon, de l'ONU-SIDA et l'OIFD.

Les enseignants interpellés

Les travaux de la capitale économique du Cameroun connaissent la participation des responsables nationaux en charge du curriculum et de la formation initiale et continue des enseignants et des spécialistes de programme UNESCO et BIE. On citera également des partenaires divers à l'instar de l'UNICEF, ONU-SIDA, l'UNFPA, le CNLS, le CIRCB, l'OCEAC, la CEMAC, la BAD et la Banque Mondiale. L'Etat camerounais était représente par l'Inspecteur général des Enseignements au Ministère de l’Education de Base. Itoe Mispa Fule prenait part aux travaux en lieu et place de son ministre de tutelle. Dans son discours de bienvenue, le représentant de l'UNESCO au Cameroun, au Tchad et en RCA n'a pas caché sa gratitude envers ces derniers tout comme à l’endroit des Ministres de l’Education de la zone CEMAC. Benoit Sossou a rappelé l'objectif de l'atelier de Douala. II s'agit, a¬-t-il dit, d'apporter des réponses globales efficaces à la lutte contre le VIH/SIDA dans les systèmes scolaires. Des programmes harmonisés et des modules de formation des enseignants à l’éducation au VIH/SIDA sont à cet effet élaborés dans chacun des 6 pays de la zone CEMAC.

Les 15 à 24 ans exposés

Benoit Sossou a fondé l'espoir dans son allocution que leur application effective dans les systèmes scolaires du primaire, du secondaire et du normal débouchera à terme à une réduction de 50% du pourcentage de nouveaux cas de HIH/SIDA parmi les élevés, les enseignants et autre personnel éducatif en 2015, conformément aux Objectifs du Millénaire pour le Développement(OMD). Des statistiques font état de ce qu'en Afrique, la tranche d'âge s'étendant de 15 à 24 ans représente 40% de nouvelles infections de VIH/SIDA. L'atelier ouvert ce 2 avril vise par ces voies et moyens à faire reculer l’âge des premières relations sexuelles, à réduire le nombre de partenaires et d'augmenter les pratiques sexuelles à moindre risque. Plusieurs temps forts marqueront l'atelier sous-régional, notamment l’éducation sexuelle dans le curriculum, la présentation de l’éducation au VIH dans Ia zone CEMAC, la grille d’évaluation des matériels des 6 pays ou encore les restituions des évaluations.

II convient de rappeler que la Conférence des Ministres de l’Education des Etats membres de la CEMAC tenue les 16 et 17 janvier à Yaoundé recommandait des stratégies communes d'intervention au niveau régional et sous-régional. Le rideau tombe sur l'atelier sous-régional de Douala le demain 5 avril.

© GEORGES SEMEY | Ouest Littoral

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau