Sida : un nouveau vaccin testé sur des singes

Des chercheurs viennent de mettre en place un vaccin qui neutralise les cellules infectées par le virus du Sida chez les singes. Un vaccin qui bloque la progression du virus dans l’organisme.


7-8.jpg

Depuis l'identification du virus du Sida par des chercheurs de l'Institut Pasteur de Paris en 1983, la recherche et les essais cliniques ne cessent d'être menés à travers le monde. Objectif : trouver un vaccin efficace contre ce virus. Sur les 187 essais cliniques qui ont été menés jusque-là, seuls trois ont présenté des résultats significatifs. Celui mené en Thaïlande par des scientifiques de l'armée américaine et qui a porté sur plus de 16 000 volontaires a permis une réduction de 30% des infections, mais sans que l'on sache exactement pourquoi.

Phase test chez les macaques

Tout récemment, une équipe de chercheurs franco-chinois a mis au point un candidat vaccin qui, pour le moment, en est à sa phase de test chez les macaques, le singe étant l'animal le plus proche de l'homme. D'après le professeur Jean-Marie Andrieu, de l'université Paris-Descartes, qui a dirigé cette équipe, ce nouveau vaccin a protégé de manière durable quasiment l'intégralité des 16 singes infectés et qui ont reçu de manière orale le vaccin.

Les raisons de ce succès sont à chercher dans la méthode que les chercheurs ont mis en œuvre dans cette étude. En effet, le virus du Sida détecte et détruit les lymphocytes T4, qui sont des cellules immunitaires déterminantes qui défendent l'organisme des infections virales. Mais pour que cette destruction soit possible, il faut que la cellule ciblée soit active. C'est justement cette faille du virus que les chercheurs ont exploité en mettant au point un vaccin oral qui neutralise l'activation des cellules infectées. Ce processus étant stoppé par le vaccin, la multiplication du virus se trouve ainsi neutralisée.

Les essais cliniques du nouveau candidat vaccin, testé uniquement sur le singe, ont porté sur une centaine de macaques. Tous ont été exposés à de fortes concentrations de bactéries dans l'intestin et ont reçu une inoculation du virus du Sida non actif. Trois mois après, huit singes vaccinés exposés à de fortes doses du virus n’ont pas été infectés.

En revanche, tous les autres macaques non vaccinés ont tous été infectés par le virus du Sida. Plus d'un an après la vaccination, huit autres singes ont été à nouveau contaminés. Sept sont complètement sains et ne présentent aucun virus dans le corps. Ils sont, à ce jour, indemnes et en bon état de santé.

A quand le passage à l’homme ? Un bémol tout de même sur l'application de ce vaccin chez l'homme : selon les professionnels en immunologie, le virus humain du Sida varie beaucoup plus que celui du singe, et les macaques sont plus résistants que les hommes. Cependant, l'utilisation de ce vaccin chez l'homme peut être envisagée chez les séropositifs afin de bloquer la multiplication du virus dans les cellules infectées. Des essais cliniques de ce nouveau candidat vaccin sont prévus cette année en Europe. Ses résultats montreront si ce nouveau vaccin contre le Sida a de belles perspectives devant lui ou pas.

RFI

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau