Lutte contre le tabagisme: Plaidoyer pour une loi anti-tabac

Le projet porte sur des mesures visant la réduction du nombre de fumeurs au Cameroun

tabac.jpg

17,5% de la population sont fumeurs de tabac au Cameroun. Une forte partie de la population se trouve dépendante de cette drogue douce, et les plus jeunes ne sont pas épargnés. D'après les chiffres communiqués par la Coalition Camerounaise contre le Tabac (C3T), «6,4% d'élèves ont reçu des cigarettes gratuites des représentants de compagnies de tabac. En milieu scolaire, 44% d'élèves ont déjà eu un premier contact avec le tabac».

Une exposition des plus jeunes à l'emprise de la cigarette, que les défenseurs de la loi anti-tabac condamnent particulièrement. Cette loi, en plus de protéger les jeunes et les enfants, veut préserver la santé des fumeurs passifs, ces personnes qui cohabitent ou sont souvent en contact avec des fumeurs. Toujours selon le rapport de la C3T, «deux tiers des maladies cardiovasculaires sont liées au tabagisme passif.

Chaque année, l'exposition au tabagisme passif est responsable de plus de 600.000 décès prématurés». La loi anti-tabac veut assurer la santé de ces fumeurs passifs, grâce par exemple à la création d'espaces non-fumeurs dans les lieux publics. Cependant, les défenseurs de cette loi sont confrontés aux arguments des grandes firmes de l'industrie du tabac. Malgré ces obstacles, certains projets ont déjà connu un accueil favorable de la part de l'Etat du Cameroun. Entre autres, l'initiation de l'avant-projet de loi portant sur la lutte anti-tabac au Cameroun par les pouvoirs publics

© Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau