Le SIDA

SIDA est un sigle qui désigne le Syndrome d’ImmunoDéficience Acquise. Le virus responsable du SIDA s’appelle le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine). Il se transmet par voie sexuelle ou sanguine, et détruit les cellules du système immunitaire.

Etre séropositif Lorsqu'une personne a été contaminée par le virus, on dit qu'elle est séropositive. Actuellement, une fois qu'on est séropositif, on le reste à vie. La personne contaminée peut transmettre le SIDA à d’autres personnes, bien que les symptômes de la maladie ne se soient pas encore déclarés.

Avoir le SIDA Pendant une période assez longue (de 8 à 20 ans), l’organisme parvient à lutter contre le virus du SIDA. Mais lorsque le système immunitaire s’affaiblit, la maladie se déclare avec l’apparition d’infections opportunistes (c’est-à-dire des infections qui profitent de l’état de faiblesse de l’organisme pour apparaître).

Avoir le SIDA Pendant une période assez longue (de 8 à 20 ans), l’organisme parvient à lutter contre le virus du SIDA. Mais lorsque le système immunitaire s’affaiblit, la maladie se déclare avec l’apparition d’infections opportunistes (c’est-à-dire des infections qui profitent de l’état de faiblesse de l’organisme pour apparaître). A ce jour, aucun médicament ne guérit le SIDA qui reste une maladie mortelle. Mais de nombreux traitements contribuent à protéger la personne contaminée contre les maladies opportunistes. Ils améliorent l’état général et augmentent l’espérance de vie.

La seule vraie protection est la prévention et l’usage correct du préservatif féminin ou masculin lors des rapports sexuels.

Le virus du SIDA se transmet par voie sexuelle, sanguine ou de la mère à l’enfant durant la grossesse ou l’allaitement.

1. Contamination par voie sexuelle Les rapports sexuels avec pénétration vaginale ou anale sans préservatif représentent le principal mode de transmission. En cas de relations bouche-sexe – autrement dit, fellation et cunnilingus – les risques sont aussi présents et on ne peut exclure un risque de contamination, d’autant plus s’il y a des lésions au niveau de la bouche

2. Contamination par voie sanguine : • entre usagers de drogues partageant la même seringue ou le même matériel de préparation ; • entre une femme enceinte et l’enfant qu ‘elle porte ; • par des plaies ouvertes ou par transfusion sanguine ; • lors de la réalisation de tatouage et de piercing si le matériel n’est pas correctement stérilisé.

3. Contamination par le lait maternel L'allaitement maternel comporte un risque de transmission du virus à l’enfant.

On ne risque absolument rien en dînant avec une personne atteinte de VIH, en mettant ses vêtements, en buvant dans son verre, en l’embrassant ou en le touchant. Le virus ne se transmet ni par la sueur, ni par les larmes, ni par la salive.

En effectuant un test de dépistage. A partir d’une simple prise de sang, on peut savoir si une personne est contaminée par le virus. Le test permet de détecter les anticorps anti-VIH que le corps humain fabrique pour se défendre. Pour être sûr de ne pas avoir été infecté, il faut faire le test 3 mois après le moment possible de la contamination

Si le test est positif, cela veut dire que la personne est séropositive. Elle est porteuse du virus et peut le transmettre. Elle doit donc impérativement se protéger et protéger les autres. Où faire le test ? Pour faire le test, il est important que tu te sentes en confiance. Le test ne peut être fait que si tu le demandes. C'est un acte médical confidentiel, anonyme, protégé par le secret professionnel. Le test peut être fait dans un centre de planning familial, dans un centre de dépistage, chez un médecin. Tu peux généralement avoir le résultat dans la semaine.

Lors des rapports sexuels, l’utilisation du préservatif est le seul moyen de protection efficace contre le SIDA et les IST. L’utilisation du préservatif nécessite quelques précautions :

1. Vérifier que la date limite d’utilisation sur l’emballage n’est pas dépassée.

2. S’assurer de la qualité du préservatif. La norme " CE " figurant sur l’emballage est la garantie de cette qualité.

3. Les préservatifs doivent être conservés dans un endroit sec, à l’abri de la chaleur et du soleil. Attention : conserver un préservatif dans un portefeuille ou dans une poche risque de l’abimer

4. En cas d’utilisation de produits lubrifiants, il convient d’utiliser des produits à base d’eau. Il ne faut jamais utiliser des produits gras (beurre, vaseline, savon, pommades et crèmes diverses) car ils rendent le préservatif poreux et augmentent les risques de déchirure.

Un vaccin contre le sida ? Malgré certains résultats prometteurs, les chercheurs ne sont pas encore parvenus à mettre au point un vaccin préventif ou curatif efficace. S’il ne faut pas perdre espoir, il ne faut pas non plus baisser la garde. Aujourd’hui, seule la prévention permet d’éviter la contamination. Le SIDA reste une maladie mortelle et contagieuse pour tous.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau