Hypertension artérielle: Plus de quatre millions de Camerounais en souffrent

La célébration de la journée mondiale de la santé, célébrée le 7 avril dernier, est axée cette année sur l’hypertension artérielle. Le ministère de la Santé publique a lancé des campagnes de dépistage et de sensibilisation gratuites.

Les derniers chiffres qui datent de 2012 sont révélateurs et donnent froid au dos. Plus de quatre millions de Camerounais, soit quelque 25 % de la population totale du pays, souffrent d’hypertension artérielle. Les statistiques sont du ministère de la Santé publique. «Au Cameroun, l’Hta est la maladie cardiovasculaire la plus fréquente. Elle touche un adulte sur quatre. Elle est la 1ère cause de mortalité et la 1ère cause de handicap acquis, chez l’adulte» La situation va de mal en pis. A en croire la Fondation camerounaise de cœur, si 24% de la population adulte est concernée, la maladie s’étend déjà dans les couches jeunes. L’Organisation mondiale de la santé (Oms), estime que l’hypertension artérielle (Hta) affecte déjà 1 milliard de personnes dans le monde. Dans le but de rectifier le tir, le ministre de la Santé publique a lancé des campagnes de dépistage et de sensibilisation gratuites sur le territoire national, notamment à l’occasion de la journée mondiale de la santé célèbrée le 7 avril. Cette année, elle était axée sur la lutte contre l’hypertension artérielle. La tension artérielle est normale quand elle est inférieure à 14 /9. En fait, la pression systolique (contraction du cœur) doit être inférieure à 14 et celle diastolique (relâchement du cœur) à 9. Quand la tension augmente, on parle d’Hta. Selon des spécialistes, dans 90% des cas, les causes de l’hypertension artérielle ou l’augmentation de la tension sont inconnues. On parle dans ce cas «d’hypertension essentielle ou primaire». Le site de santé www.pluie-française.com note que « dans 10% seulement (hypertension secondaire) de cas on a des causes surtout chez les sujets jeunes. Elles peuvent être d'ordres rénaux, endocriniens. On trouve plus de cas d'hypertension artérielle lorsqu'il y a des antécédents familiaux. Si un ou les deux parents sont hypertendus, il y a beaucoup de chance que les enfants le deviennent.»

Accidents gravidiques

En tout cas, pour les causes de l’Hta secondaire, le docteur Paméla Tchimo de la Polyclinique de la Gare le Nid à Douala, par ailleurs membre de la Fondation camerounaise du cœur Paméla Tchimo évoque : l’excès de la consommation du sel, le problème du système rénine-angiotensine (hormonal) ; le diabète ; les problèmes hormonaux, artériosclérose ; les causes rénales (4 %) ; les causes surrénaliennes ; la coarctation aortique (le rétrécissement congénital de naissance due à la jonction entre aorte horizontale et aorte descendante (isthme aortique) responsable de l’hypertension de l’enfant)… la grossesse ? «L’hypertension artérielle, apparaissant chez une femme enceinte est appelée hypertension artérielle gravidique. Elle apparaît habituellement après la 20ème semaine de grossesse.

Elle est due à une insuffisance placentaire et est responsable de l’éclampsie si d’autres signes sont associés». Le Dr Paméla Tchimo avoue que les femmes ménopausées sont aussi exposées à la maladie. En effet «l'hormone oestrogène exercerait un effet protecteur et comme à la ménopause la concentration de cette hormone diminue, cela favorise l'hypertension. A la ménopause, les femmes sont plus malades que les hommes.» Le site www.pluie-française.com estime qu’à cette période (la ménopause), environ 27% des femmes en général sont concernées par l'hypertension contre 21% des hommes. Quant aux complications de la pathologie, elles sont légions. La praticienne cite notamment les accident vasculaires cérébraux, l’infarctus, la défaillance cardiaque.

L'hypertension artérielle favorise la survenue d'une insuffisance rénale. «Les vaisseaux des reins, des membres, des yeux, les vaisseaux coronaires (vaisseaux nourriciers du cœur) sont aussi touchés par l’hypertension et sont à terme fragilisés. Et au bout d'un certain moment, le risque est une atteinte des reins, des yeux (rétine).» www.pluie-française.com souligne en outre que les accidents gravidiques (c'est-à-dire chez la femme enceinte) car l’«Hta favorise les accidents gravidiques tels l’éclampsie, mortalité périnatale...» Pour éviter d’en arriver à ce stade, le diagnostic à temps est recommandé. Cependant le message a du mal à passer. Moins de 40 % des hypertendus sont diagnostiqués d’après les statistiques du ministère de la Santé publique.

Valgadine TONGA (Stagiaire) | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau