Cameroun: Tout sur le cancer du sein

cancer-sein.jpg

Un séminaire consacré à cette maladie mercredi à la Faculté de médecine de Yaoundé. Le cancer du sein est le plus fréquent des cancers chez la femme au Cameroun.

D’après le Pr. Ndom, oncologue, il arrive au premier rang des cancers traités au service d’oncologie de l’Hôpital général de Yaoundé. En 2011, dans ce service, 243 cancers du sein ont été détectés sur les 815 cas de cancers traités. Mais en général, le mal est découvert de manière tardive. D’après une étude réalisée par deux médecins oncologues camerounais, le Pr. Mboudou et le Dr Sando, 70 à 80% des cancers du sein sont détectés quand la taille de la tumeur est d’au moins cinq centimètres.

Comme pour toute maladie, une détection rapide permet une intervention plus efficace. C’est pour sensibiliser les femmes sur la découverte précoce du cancer du sein, qu’une rencontre a été organisée mercredi à la Faculté de médecine et des sciences biomédicales de l’Université de Yaoundé I. Son thème : « Epidémiologie, diagnostic et prise en charge du cancer du sein.

Que faire pour réduire l’arrivée tardive à l’hôpital ? » Comme premier élément de réponse, l’auto-examen des seins, une fois par mois juste après les règles. L’autopalpation vise à remarquer un changement dans la texture de l’organe. En gros, l’apparition d’une nouvelle bosse, d’un nodule, d’une ulcération, d’une boule. Un écoulement anormal, mais aussi des ganglions au niveau des aisselles doivent retenir l’attention. En plus de la palpation, connaître les facteurs à risque est également un moyen de protection. Bien qu’il soit difficile de déterminer avec certitude les causes du cancer, certains comportements sont à observer.

Selon le Dr Atenguena, l’environnement, la surcharge pondérale et l’obésité sont signalés comme des risques de cancer du sein. Le facteur hormonal (la puberté précoce, la ménopause tardive, une première grossesse tardive, l’absence de grossesse entre autres) est également à considérer. Une fois le cancer repéré, il n’est pas impossible d’en guérir. Le traitement peut être chirurgical. On utilise des méthodes permettant de conserver le sein, avec une radiothérapie obligatoire, et de le réparer en cas de séquelles inesthétiques après l’opération. Il y a également ce traitement radical qu’est la mastectomie, une ablation totale du sein.

Elle intervient pour les tumeurs de grande taille. Mais pour le Pr. Mboudou de l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé, « la prise en charge chirurgicale des cancers invasifs ne se limite pas à la chirurgie. » Car, si le cancer ne reste pas local, il peut s’étendre à d’autres parties du corps.

Source: Cameroon Tribune

Commentaires (3)

1. yvesnouah 17/04/2013

c'est terrible cette maladie c'est tres triste je pense k nous devons priere

2. Armanda 15/05/2013

les cancers sont graves certes mais avec levolution de la technologie il est tres possible de guerir ca chirurgicalement je donne donc un coup de chapeau a tous nos medecins oncologues

3. koubo charnelle 23/02/2016

G pense que cette pathologie n'est pas pleinement étudie de notre pays.les sensibilisation ne sont pas faite d'où l'ignorance de notre population.vraimt l'on devrai accentuer les efforts sur l'ensemble des cancer au cameroun

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau