Cameroun: Six employés de l'hôpital la Laquintinie sanctionnés

Ils sont accusés par l’administration d’avoir violé le règlement intérieur et le code de
procédure.
 L’hôpital Laquintinie de Douala est connu pour ses frasques : rançonnement des malades, négligence de certains patients, corruption, entre autres. Des écarts de conduite qui sont observés dans tous les services de cet hôpital de référence de la capitale économique. Mais cette fois-ci, c’est le service «Anatomopathologie», principalement la morgue, qui est au centre de malversations.

En effet, il y a quelques semaines, une vingtaine de corps ont été mutilés à la morgue dudit hôpital. Une scène macabre qui a été relayée par certains médias de la ville. Par ailleurs, l’on y dénonce le trafic d’organes par les croque-morts. Les parents d’un jeune garçon décédé dans cet hôpital viennent d’ailleurs de saisir le tribunal pour «pratiques sur la dépouille».

L’administration de l’hôpital Laquintinie de Douala s’est refusée à tout commentaire concernant cette affaire, car une «procédure judiciaire» est actuellement en cours. Mais elle reconnait tout de même les dérapages des employés de ce service. «Il y a quelque
temps, l’hôpital a pris connaissance de quelques dysfonctionnements orchestrés par certains collaborateurs. Ces derniers, au mépris du règlement intérieur de l’hôpital et du code de procédure, avaient pris des libertés dans la gestion des corps», a indiqué vendredi 28
septembre 2012 au cours d’un point de presse, le Dr Tsagadigui, conseiller
médical de cet hôpital.

Des mesures disciplinaires ont été immédiatement prises par
l’administration. Et c’est ainsi que six employés du service indexé ont été sanctionnés. «Notre rôle est d’accompagner les familles à faire le deuil dans la décence. C’est pourquoi, lorsque des comportements déviants sont observés, nous sommes obligés de prendre des mesures. La majorité du personnel travaillant à la morgue a été sanctionnée.

Deux vacataires ont été remerciés, et quatre fonctionnaires suspendus de leur fonction. N’ayant pas le droit de licencier ces fonctionnaires, le ministère de la Santé publique a été saisie», indique le Dr Tsagadigui. Un départ qui suscite néanmoins des inquiétudes. Car l’hôpital Laquintinie de Douala possède la plus grande morgue de la ville.

Elle est d’ailleurs très sollicitée pour sa capacité. C’est conscient de son importance que des réaménagements et organisations sont annoncés dans les prochains jours au sein de la morgue, apprend-on. «Le service ‘Anatomopathologie’ a recruté des personnes qualifiées pour remplacer celles qui ont été sanctionnées», rassure Dr Tsagadigui.

Source: Mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau