Cameroun - Hygiène dentaire: Se «laver» les dents pour bien commencer la journée

La semaine de l’hygiène bucco-dentaire, qui a été lancée lundi 24 septembre 2012 à Yaoundé, veut notamment mettre l'accent sur l'importance de cet acte dans le quotidien de chacun.

«Laver les dents» ou «balayer les dents», l’hygiène bucco-dentaire est d’abord, d’après les spécialistes, une question de termes. D’après Dr. Cathérine Effila Ebe, chirurgien-dentiste, «il est important que les mots utilisés décrivent proprement le geste à faire». Cela pourrait éviter, poursuit-elle, d’avoir des gens qui se «brossent» simplement les dents, alors même que des résidus alimentaires qui restent incrustés peuvent leur provoquer des caries.

Présidente de l’Ordre national des chirurgiens dentistes du Cameroun, son organisation est l’un des partenaires de cette troisième édition de la semaine de l’hygiène bucco-dentaire organisée par la firme multinationale Colgate-Palmolive. «Nous voulons apporter au consommateur la bonne information car la solution des problèmes bucco-dentaires commence par la prévention, c’est-à-dire l’hygiène», précise-t-elle. Afin que l’on ne se retrouve plus avec des enfants de 12 ans qui n’ont plus une seule dent saine ; ou des personnes qui indisposent les gens en public à cause de leur mauvaise haleine.

Cible principale, les enfants. A cette occasion, plusieurs descentes sont organisées depuis mardi 25 septembre, dans plusieurs écoles des villes de Douala, Yaoundé et Bafoussam. Des guides pratiques ont même été conçus pour expliquer aux élèves, mais aussi aux parents, la technique d’un lavage de dents réussi. Pour les autres, des consultations gratuites sont organisées sur certains sites pilotes dans les deux premières villes citées. Occasion de sensibiliser les populations afin qu’elles prennent davantage soin de leurs dents ; occasion aussi de rappeler l’acuité de la menace.

Prévention

A ce jour, aucune étude épidémiologique n’a été menée au Cameroun sur l’ampleur de la prévalence des maladies bucco-dentaires au sein de la population. Ce qui ne facilite pas la circulation de statistiques fiables. Mais en se basant sur sa presque trentaine d’années d’exercice, Dr. Effila dit avoir constaté une recrudescence des caries au niveau des enfants scolarisés. Parmi celles-ci, une forte propension aux caries vestibulaires, dues en grande partie aux sucettes qui restent trop longtemps souvent collées à la joue. Si l’arrachage des dents est la solution la plus redoutée du public, la prévention offre cependant des méthodes moins radicales.

D’après Dr. Zinga, le président de l’Association nationale des chirurgiens dentistes du Cameroun, quelques précautions élémentaires sont salutaires. Parmi celles-ci, le lavage des dents après chaque repas, l’utilisation d’une brosse à dents souple et d’une pâte dentifrice au fluor, le brossage de la gencive vers les dents, mais aussi privilégier le fil dentaire au cure-dent. D’autres pratiques, telles que le blanchissement des dents, peuvent présenter certains risques, mais affirme les deux spécialistes, « la meilleure protection, c’est la prévention ».

Source: La Nouvelle Expression

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau