Oser la danse-thérapie

 

« Qi danse », danse-médecine, geste rythmé…, les cours de danse-thérapie se multiplient. Pas après pas, ils nous invitent à libérer nos émotions et à réveiller nos pulsions de vie. Faites l’essai, prononcez le mot « danse » et laissez affleurer vos sensations : bien-être, joie, gaieté… L’idée même de cette activité est attirante, car, au-delà de l’exercice physique, elle exprime un autre rapport au corps, au plaisir, à l’autre et à soi-même.

Si la danse est un magnifique moyen d’expression corporelle, elle apparaît également comme un excellent outil de développement personnel et de connaissance de soi.

C’est dans cet esprit que se multiplient de nombreux cours de danse-thérapie ou de danse-médecine, qui, à quelques différences près, ont pour vocation d’aider à se relier à soi, à renouer avec son « danseur intérieur ». « Il s’agit de retrouver un “savoir-danser” enfoui, une sorte de mémoire corporelle originelle qui nous connecte avec la partie joyeuse de nous-même que nous avons oubliée, mais aussi avec les autres », précise France Schott-Billmann, psychanalyste et anthropologue. Cela nous libère physiquement et psychiquement.

Le rythme stimule la personne tout en la rassurant. Il la soutient tout en lui permettant d’accéder à sa singularité. « C’est un très bon régulateur de l’humeur, assure la thérapeute. Il réveille les pulsions de vie. » Avec lui, les tensions s’effacent, le corps se dénoue, les pensées sont plus légères.

Le rôle du groupe est aussi essentiel : « Il agit comme une mère qui berce son enfant, explique France Schott-Billmann, et aide chacun à découvrir ce qui lui manque : de la vitalité, de la confiance en soi, de la sensualité… Les danses-thérapies nous réapprennent à jouer, à écouter, à ressentir, à renouer avec nos racines, à vivre l’“ici et maintenant”. » Un retour à l’essentiel qui s’effectue dans la joie et la jubilation.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau