les médicaments géneriques

Mettre fin à la situation dépendance du continent 90% des produits pharmaceutiques utilisés en Afrique sont issus de l’importation (La Chine et l’Inde en particulier) et de l’aide internationale (le programme de lutter contre l’Onchocercose, par exemple). Un chiffre qui révèle l’urgence de la situation et la nécessité de produire des médicaments générique sur le continent. En effet, de­puis trop long­temps, ce sont les ac­teurs in­ter­na­tio­naux qui ont éta­bli l’agen­da pour la re­cherche en santé et dé­ve­lop­pe­ment de mé­di­ca­ments en Afrique. Un médicament générique est un médicament identique ou équivalent au médicament de référence mais dont le brevet est expiré et fait alors parti du patrimoine de l’humanité. Le principe actif est le même que celui de l’original, les standards de fabrication sont les mêmes et le laboratoire de fabrication respecte les mêmes normes. 70 à 90% moins onéreux que des médicaments de marque, ils devraient permettre à une grande partie de la population africaine de se soigner correctement. Une initiative panafricaine Sou­te­nus par l’Union Afri­caine, des pays du conti­nent se lancent au­jourd’hui dans la pro­duc­tion de mé­di­ca­ments gé­né­riques. L’in­no­va­tion lo­cale dans le do­maine phar­ma­ceu­tique est un prin­cipe ac­cep­té par tous les pays du conti­nent. Les 55 membres de l’Union afri­caine (UA) ont signé la Dé­cla­ra­tion d’Abuja sou­te­nant le dé­ve­lop­pe­ment d’un d’un plan de l’in­no­va­tion phar­ma­ceu­tique en Afrique. Plu­sieurs pays afri­cains œuvrent do­ré­na­vant pour pro­duire leurs propres mé­di­ca­ments, adaptés aux besoins locaux en matière de santé publique : Le Cameroun, le Ni­ge­ria, l’Afrique du Sud et la Tan­za­nie… Concrétement, en avril 2010, le Ca­me­roun a inau­gu­ré une usine à Doua­la. Lan­cée par la so­cié­té Cin­pharm, cette usine est le la­bo­ra­toire phar­ma­ceu­tique le plus mo­derne en Afrique de l’Ouest et du Centre. Dans quelques mois celle-ci devrait être en mesure de produire quantité d’antipaludéens, d’antalgiques, d’antiviraux, d’anti-inflammatoires et d’antibiotiques en tout genre. A terme, la pro­duc­tion de­vrait sa­tis­faire 25% des be­soins na­tio­naux en mé­di­ca­ments.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau