Exposition à Paris: l'éruption créative de Pascal Marthine Tayou

Le plasticien camerounais Pascale Marthine Tayou présente un échantillon de ses oeuvres colorées au parc de la Villette, à Paris. Polymorphe et festif. Il y a, chez le plasticien camerounais Pascale Marthine Tayou, un plaisir évident de créer. Quoique cérébrale, son oeuvre se déploie en installations foisonnantes, accumulations d'objets hétéroclites, explosions de couleurs. L'exposition « Collection privée », présentée jusqu'au 30 décembre au Pavillon Paul-Delouvrier du parc de la Villette, à Paris, rend parfaitement hommage à cette énergie bouillonnante.

Volontiers poète, l'artiste écrit : « Cette exposition sera une transgression de formes, mon intention sera de faire de cette fausse rétrospective la célébration de l'inconnu, montrer l'influence des objets rituels qui façonnent nos moeurs de tous les jours, une problématique visuelle sur les choses qui nous entourent, sur ces choses qui nous observent et la manière dont nous observons les choses qui nous façonnent. » Joyeux, enlevé et coloré « Collection privée » donne donc l'occasion de voir de près les fameuses Poupées Pascale, statuettes vaudous modelées dans du cristal, la Danse des ventilateurs, les photographies intitulées L'École des clowns, mais aussi des oeuvres plus monumentales comme Home Sweet Home - des cages à oiseau, des nichoirs et des spaghettis de papier amassés sur des troncs de bois brut - ou Diamonds Landscape - sombres potences où sont pendus des diamants.

C'est joyeux, enlevé et coloré, comme cet arbre composé de crayons de couleurs géants (Intramoulins, le chemin lumineux), oeuvre urbaine pérenne inaugurée par Martine Aubry, l'ex-premier secrétaire du Parti socialiste français, à Moulins, près de Lille, fin septembre.

Jeuneafrique.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau