Université des Montagnes: Les lauréats reçoivent enfin leurs diplômes

La cérémonie de remise de parchemins aux dix premières promotions de cette institution académique a eu lieu le 14 novembre 2014

Laureat 466x350

Les lauréats des dix premières promotions de l’université des Montagnes de Bangangté ont reçu leurs diplômes le 14 novembre 2014, au campus de Banekane, un des trois que compte cette institution académique. La cérémonie officielle s’est tenue sous la co-présidence du ministre de l’Enseignement supérieur, le Pr Jacques Fame Ndongo, et de son collègue de la Santé publique, André Mama Fouda. Ce sont 745 récipiendaires, qui ont achevé leur formation entre 2004 et 2013, qui ont reçu des parchemins : 383 médecins, 109 docteurs en pharmacie, 228 ingénieurs d’informatique et génie biomédical et 25 spécialistes médico-sanitaires.

Leurs enseignants, venus du Cameroun et de plusieurs pays européens et africains, ont pris part à la fête. Les lauréats de la médecine et de la pharmacie ont prêté serment, respectivement devant une délégation de l’Ordre national des médecins du Cameroun et une autre de l’Ordre national des pharmaciens du Cameroun. Le Dr Guy Sandjon, président de l’Ordre des médecins a, dans son allocution, souligné la qualité de la formation médicale dispensée à l’UDM. Car, à l’issue de l’évaluation des établissements privés opérant sur ce créneau en 2013, «votre école était parmi les meilleures», a-t-il affirmé à l’endroit de ses désormais 383 collègues.

De plus, leur arrivée vient réduire le déficit en personnels soignants au Cameroun. D’après les chiffres qu’il a évoqués, le pays compte 6 000 médecins, dont 4 000 seulement opèrent sur le territoire national, soit un ratio de 02 pour 10 mille patients, alors que l’Organisation mondiale de la Santé recommande 04 médecins pour 10 000 patients. Après avoir écouté ces enjeux, les nouveaux venus ont prêté le serment d’Hippocrate : «Je m’engage à servir l’humanité toute ma vie. J’exercerai consciencieusement et avec dignité ma profession. La santé du malade sera ma première préoccupation», ont-ils répété à haute voix.

Tutelle académique

Les diplômes de médecine et de pharmacie ont été co-signés par l’université de Yaoundé I, tutelle nationale de l’UDM et l’université Paul Sabatier de Toulouse III. Les meilleurs lauréats ont été primés. Par exemple, le prix du ministère de l’Enseignement supérieur, récompensant la meilleure thèse de médecine de toutes les promotions, est revenu à Ngueleko Tafam. Stive Ngankou Tchankeu et Mopa Tchuendem sont respectivement le meilleur étudiant et la meilleure étudiante de médecine, depuis la création de l’UDM. Marcel Nyat Njifendji, élite du Ndé, prendra en charge les frais de la première inscription de tous les diplômés de médecine et de pharmacie, aux différents ordres professionnels. L’annonce a été faite par Jean Claude Mgbwentchou, son représentant. Au nom de tous les lauréats, Ruth Ngongang, lauréate de la toute première promotion de médecine (2000 – 2007), a remercié les penseurs du projet UDM et les enseignants. «Finies les frustrations dues à nos origines udémoises.

Finies les railleries quant à la clandestinité de notre école. Finis les propos désobligeants quant au niveau de la formation à l’UDM», a déclaré celle qui est désormais en 3ème année de spécialisation de biologie clinique, à la Faculté de médecine et des sciences biomédicales de l’université de Yaoundé I. Invité à prononcer une leçon inaugurale sous le thème «Penser la fable du commencement», le philosophe Fabien Eboussi Boulaga a indiqué aux lauréats que «l’important n’est pas de sortir de l’UDM, mais de sortir de l’ordinaire, par votre professionnalisme, votre probité, vos qualités morales».

Dans son allocution de bienvenue, le président de l’UDM, le Pr Lazare Kaptue, a retracé l’historique de cette université, ainsi que les succès qu’elle a déjà engrangés. L’on retient que, fonctionnelle depuis 2000, elle est une création de l’Association pour l’Education et le Développement. Aujourd’hui, «la qualité des produits formés à l’UDM est unanimement reconnue. Le retour que nous en avons de manière récurrente, est que partout où ils se trouvent, ils se montrent à la hauteur de la tâche. Nous en voulons pour preuve, leur succès massif aux différents concours organisés ces dernières années pour l’accès à la fonction publique camerounaise. Ceux qui ont choisi de continuer en cycles de spécialisation dans les différentes universités camerounaises, européennes et américaines n’ont rien à envier à leurs camarades», a-t-il affirmé.

Réactions officielles

Le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda a affirmé que «le système de santé du Cameroun peut se réjouir de ces compétences qui répondent à ses besoins essentiels. Les marques de l’UDM sont désormais évidentes dans le domaine de la santé au Cameroun.» D’ailleurs, a-t-il reconnu, le Dr Hermine Meli, produit de cette université, a reçu de son département ministériel, en 2010, le prix de meilleur médecin généraliste de l’hôpital central de Yaoundé. Quant au Pr Jacques Fame Ndongo, ministre de l’Enseignement supérieur, il a affirmé être «un homme heureux et comblé». Il a longuement félicité le Pr Lazare Kaptue, président de l’UDM, pour le bilan qu’il a qualifié d’ «exploit époustouflant». «La Nation toute entière est fière de cette prouesse. Le président de la République, Paul Biya, et le premier ministre m’ont chargé de vous transmettre leurs encouragements les plus patriotiques, les plus paternels», a-t-il indiqué. Il souhaite que les promoteurs maintiennent la cadence. Aux lauréats, il leur faudra «une authentique ascèse, voire une métamorphose, pour passer agréablement, sans heurts, de la vie de l’école à l’école de la vie. Vos diplômes ne seront jugés que dans la mesure où ils seront justifiés par des résultats remarquables», a-t-il conclu.

@Journal du Cameroun

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau