Université de Buea: Des enseignants du Synes à nouveau convoqués

C'est le lundi 15 juillet 2013 que trois enseignants de l'Université de Buéa et membres du Syndicat national des enseignants du supérieur (Synes), branche de Buéa ont reçu les convocations pour se rendre à la Police des polices.

image.jpg

C'est le lundi 15 juillet 2013 que trois enseignants de l'Université de Buéa et membre du Syndicat national des enseignants du supérieur (Synes), branche de Buéa ont reçu les convocations pour se rendre à la Police des polices. Ils y étaient convoqués à 10h. Le vice-président, le secrétaire et le coordonnateur du Synes s'y sont d'ailleurs rendu hier, mardi et ont passé toute la matinée. Ce n'est qu’aux environs de midi qu’ils seront informés de ce qu’ils ne peuvent pas être entendus à cause de l'absence du Commissaire. Il leur a été demandé de repasser ce jour. C'est la deuxième fois que ces enseignants sont convoqués à la Police des polices.

Chose que dénonce le syndicat d'enseignants. «Tout le monde connait celui qui est à l'origine des grèves au sein du campus depuis 2005. Depuis le début des interpellations en mai dernier, plus de 50 enseignants ont déjà été entendus à la Police», explique Dr Fontem. Diapres une source, de ces 50 enseignants, les dix premiers devaient être poursuivis comme les auteurs des grèves à répétition à l’Université de Buea. L'interrogatoire devait donc permettre de trouver les preuves qui devaient les compromettre. Et les quarante autres enseignants collons par la suite devaient servir de témoins. Leurs dépositions devaient être utilisées contre leurs collègues. Une initiative qui, d'après cette source, n'a pas prospéré.

© B.D | Mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau