Plus de 100 enseignants sanctionnés à l’Est

Les motifs portent notamment sur l’absentéisme caractérisé des fautifs. La méthode de travail du nouveau délégué régional de l’Education de base pour l’Est commence à donner des résultats.

hermann-oba-biya.jpg

En l’espace de deux mois, Hermann Oba Biya a déjà sanctionné plus de 100 enseignants du primaire pour insuffisance des leçons dispensées et absentéisme caractérisé des fautifs. Et ces sanctions sont intervenues juste après la descente sur le terrain dans six inspections d’arrondissements de l’Est : Bertoua I et II, Mandjou, Doumaintang, Belabo et Diang. Dans ces localités, il est revenu, par exemple, que 1 226 leçons n’ont pas été dispensées. Et à Diang et Belabo, deux arrondissements du Lom et Djerem, seules 381 leçons ont été enseignées sur les 1 607 leçons attendues. Soit un taux de couverture de l’ordre de 24%. Si dans l’arrondissement de Doumaintang, le taux d’absentéisme est relativement bas (123 enseignants présents sur les 134 attendus en janvier), le phénomène des leçons bâclées est également observé.

« Nos descentes sur le terrain visent à remettre de l’ordre dans l’éducation. Nous ne nous contentons pas de rester dans les chefs-lieux d’arrondissement. Nous allons dans les écoles des villages pour nous entretenir avec les parents, les écoliers et les enseignants. Nous improvisons, quand il faut, un carrefour pédagogique… », précise Hermann Oba Biya. L’objectif clairement affiché est de mobiliser la communauté éducative de l’Est pour changer les vieilles habitudes qui se sont installées ; les enseignants timorés, démobilisés, les parents d’élèves découragés par le taux d’échec massif aux examens et passages de classe… « Notre démarche est double : pédagogique et mobilisatrice. Nous voulons toucher du doigt les réalités, l’environnement dans lequel nos enseignants travaillent. Et nous apprécions aussi la proximité de l’action pédagogique, faire un suivi pédagogique », renchérit notre source. Cette présence sur le terrain, même si elle est diversement appréciée, a permis de découvrir les raisons de l’échec massif dans le primaire à l’Est, baptisée Zone d’éducation prioritaire (ZEP).

Au fil des contacts avec les écoles des villages, la commission du délégué régional du Minedub de l’Est s’est rendue compte que les motifs d’absentéisme sont fallacieux : si les uns disent qu’ils vont toucher leurs salaires ou vont dans des deuils, d’autres produisent des faux certificats médicaux pour justifier des maladies fictives. « Aucun certificat médical à nous présenté n’est sérieux. Nous venons de demander, par exemple, aux délégués départementaux et inspecteurs d’arrondissement de faire savoir à tous les enseignants malades qui veulent être affectés de produire un dossier maladie à envoyer au Minedub à Yaoundé pour siéger sur leurs cas selon la réglementation en vigueur. Et ce, afin de leur attribuer des congés-maladies avec tout ce que cela comporte comme conséquences… Depuis lors, il n’y a plus de demandes de mutation. Et les certificats ont disparu », explique le délégué régional qui fait actuellement l’objet de menaces de certains enseignants.

Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau