Office du Baccalauréat du Cameroun : 320 815 candidats enregistrés aux examens officiels 2013

En dépit de ce nombre élevé comparé aux années antérieures, la session des examens 2013 relevant de l’Obc, enregistre le plus faible taux d’accroissement.

190 dossiers hors délais à risque… « Nous sommes prêts ! Toutes les dispositions nécessaires ont été prises à temps et à tous les niveaux afin que la session 2013 [des examens relevant de l’Obc, Ndlr] en cours connaisse un dénouement plus heureux que celui des sessions antérieures », assure d’entrée de jeu Zacharie Mbatsogo, directeur de l’Office du Baccalauréat du Cameroun (Obc), ce jeudi 16 mai 2013 face à la presse.

Avant de dérouler les arguments lui permettant de soutenir cette thèse. Lesquels arguments portent notamment sur le niveau de préparatif de l’Office. A ce sujet note-t-il, l’Office se situe à la fin de la première et à 5 jours du début de la deuxième des trois phases constitutives d’une session d’examen à savoir : phase préparatoire, de déroulement des épreuves écrites et pratiques, plus connue du grand public. Il s’agissait surtout pour le directeur de l’Obc de mettre à la disposition du public, des informations portant sur les statistiques des ressources humaines, matérielles à mobiliser au cours de la présente session.

Dans le registre relatif aux inscriptions, la session des examens 2013 a enregistré un total de 320 815 candidats toutes filières confondues. Soit 252 536 candidats pour les examens de l’Enseignement secondaire général, ce qui représente 78,71% des inscrits et 68 279 pour l’Enseignement secondaire technique correspondant à un pourcentage de 21,26%. Par rapport à la session 2012, poursuit Zacharie Mbatsogo, le taux d’accroissement des inscrits passe de 7,83% à 3,61%. Lequel taux se révèle être le plus faible depuis les 05 dernières sessions. Soit : 11,82% en 2008 et 5,16% en 2011 pour ne prendre que ces extrêmes. Ce faible taux d’accroissement justifie-t-il alors, s’explique par la baisse des effectifs de certains examens à cette session. Une baisse des effectifs qu’il justifie en ces termes : « il y a eu plus de succès au baccalauréat et moins au probatoire… il y a eu moins de redoublants dans les classes de Terminal et moins de nouveaux venus de la Première pour les remplacer».

Des 190 dossiers hors délais…

Toutefois, en dépit de ce faible taux d’accroissement, le nombre de candidats est le plus élevé depuis la création de l’Obc. S’agissant des statistiques des structures d’organisation l’on comptera pour cette session : 928 sous-centres d’écrit, 363 sous-centre de pratique, 365 sous centres de correction, 241 centres de délibération, 946 secrétariats, 10 637 salles de composition, 3 277 525 copies à corriger et 1590 jurys. Pour ce qui est des différents intervenants, on retient entre autres que 27 226 correcteurs et 23 383 surveillants seront mobilisés. Tandis que pour ce qui est du matériel de composition et des listes définitives, ils « ont déjà été convoyés vers les sous-centres ». A en croire Zacharie Mbatsogo, les préparatifs ont été entachés de quelques difficultés notamment en ce qui concerne la gestion des examens dont « l’élément déterminant de la phase préparatoire est la maîtrise des effectifs ». Aussi déplore-t-il, « l’arrivée tardive des dossiers qui représente une menace réelle pour les examens ».

À ce sujet, la dernière vague réceptionnée le 8 mai 2013 porte le total des dossiers hors délais à 190 contre 276 en 2012. Mais pour le patron de l’Obc, « le phénomène s’est avéré ardu car étalé en 6 vagues, obligeant chaque fois nos services techniques à reprendre leurs délicates opérations, au risque de se tromper ». Également, note-t-il, l’organisation de la toute nouvelle épreuve d’Eps sera très complexe pour ces 190 dossiers hors délais dans la mesure où certains sont arrivés après les épreuves physiques désormais obligatoires à tous les examens avec un coefficient égal à 2. Question de journaliste à ce propos : ces candidats ont-ils d’office échoué ayant de fait une note éliminatoire ? Zacharie Mbatsogo rassure : pas du tout ! À condition cependant qu’ils produisent et présentent au jury de l’épreuve pratique, les pièces justificatives qui seront annexées à la liste des inaptes ponctuels du sous-centre d’écrit.

© Nadège Christelle BOWA | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau