Ngaoundéré - Jeux universitaires: Grogne sur la restauration et l’hébergement - Le président de la Fenasu confesse ses insuffisances

Certaines délégations d’athlètes et encadreurs dénoncent la qualité des aliments servis au restaurant des jeux de Ngaoundéré 2013.

ju-ngaoundere.jpg

« Non seulement on nous sert très mal, mais aussi la qualité de la nourriture laisse à désirer. Dans la journée du 22 avril 2013, certains de nos camarades n’ont pas fait de bon résultats parce qu’ils avaient mal digéré ce qu’on leur a servi au restaurant ». s’insurge un athlète approché le 23 avril sur le campus de Dang. Comme ce dernier, ils étaient près d’une cinquantaine à entonner le même refrain. A longueur de semaine, Germain A. arguait qu’ « il est mal logé ». Le jour même du lancement de la kermesse sportive de Ngaoundéré (20 avril 2012) des responsables de l’Université de Dschang dénonçaient de mauvaises conditions d’hébergement.

Ces complaintes s’inscrivent en décalage avec les assurances du ministre de l’Enseignement supérieur. Après avoir visité et inauguré des chantiers achevés, Jacques Fame Ndongo a présenté ses félicitations solennelles au recteur Paul Henri Amvam Zollo, par ailleurs président de la Fédération nationale du sport universitaire (Fenasu). Après le Minsup, plusieurs chefs de commissions (y compris celle de la restauration) ont confié au reporter de votre journal que toute les « dispositions » sont réunies pour que les jeux se déroulent sans grognes. Comment comprendre les envolées verbales entendus ça et là ? En vérité, le point de presse du recteur n’aura pas suffi à tempérer les déceptions. Vivement que les jeux s’achèvent et que tout un chacun regagne ses penates.

Salomon KANKILI

Face à la presse: Le président de la Fenasu confesse ses insuffisances Le recteur de l’Université de Ngaoundéré (Un), par ailleurs président de la Fédération nationale du sport universitaire (Fenasu), a donné un point de presse hier 24 avril 2013. Paul Henri Avam Zollo s’est exprimé sur l’organisation en général des 16e jeux universitaires en cours sur le campus de Dang. Morceaux choisis. Le recteur de l’Un était face aux journalistes ce mercredi. Paul Henri Avam Zollo qui est aussi président de la Fénasu était attendu sur plusieurs questions qui fâchent depuis le lancement de la 16e édition des jeux universitaires.

Ce sont, notamment, la menace de grève d’étudiants, la grogne au sujet de la restauration, l’hébergement, la fraude sportive, la couverture médicale et la sécurité sur le campus de Dang… La quarantaine de journalistes présents à ce point de presse à l’amphi 150 n’ont eu droit qu’à une partie des réponses attendues. Beaucoup ont dit être restés sur leur soif. « Quand on dit point de presse, ce n’est pas une conférence de presse ! », a précisé un responsable de la cellule de la communication du ministère de l’Enseignement supérieur.

Sur la restauration et l’hébergement

Paul Henri Avam Zollo reconnait qu’il « y a des retards », surtout dans le service de la nourriture aux athlètes. Les athlètes et autres participants aux jeux de Ngaoundéré sont servis à des heures indues. Approché à ce sujet, une athlète de l’Université de Yaoundé a littéralement dénoncé la qualité des repas servis aux athlètes : « On mange très mal ». Mais si l’on en croit la voix la plus autorisée de la Fénasu, des dispositions sont prises aux fins de changer la donne. « J’ai pris des mesures pour […] accroitre le nombre de foyers de restauration [… et] que des voitures supplémentaires puissent être mobilisées pour transporter la nourriture » afin que les repas ne soient plus servis tardivement. De manière chiffrée : l’Un a logé un effectif d’environ 3000 personnes dont 2342 athlètes, fan’s club et clubs olympiques, 261 encadreurs techniques et représentants au comité de pilotage, 57 médecins et infirmiers, 121 personnels administratifs, 329 officiels techniques et 50 journalistes.

A cet effectif, il faut additionner une soixantaines de gardes du corps et chauffeurs. Pour les héberger, le recteur affirme que toutes les salles de classe de l’Un ont été réquisitionnées, au même titre que toutes les chambres à la cité universitaire. « Pour loger les athlètes, je peux dire que nous avons commandé plus de 2000 matelas (…) Au début nous avons eu quelques problèmes, puisque certaines délégations sont venues avec un peu plus de personnes attendues. A l’heure actuelle les problèmes d’hébergement ont été résolus dans l’ensemble ».

Sur la couverture médicale

Le président de la Fenasu a évoqué la prise en charge au Centre médico-social (Cms). L’actualité au plan sanitaire est marquée par des indigestions et de nombreux cas de blessures. « En gros, d’après les chiffres qui me sont parvenus, le Cms accueille une centaine de cas qui sont pris en charge. Les cas qui sont signalés c’est surtout les traumatismes, le paludisme, et quelques indigestions (…) J’ai fait 2 tours au Cms on m’a certes signalé quelques cas de diarrhée, mais c’est surtout des « bobos », les traumatismes dus au choc lors des compétitions». Au total, pour y remédier, Paul Henri Amvam Zollo assure que des médecins et infirmiers travaillent au quotidien pour un meilleur suivi médical des patients.

Sur les infrastructures sportives

Selon le président de la Fénasu, « nous avons dans le cadre de la préparation de ces jeux, réhabilité un certain nombre de nos infrastructures et créé d’autres, ce qui fait que les athlètes compétissent sur des aires de jeux aux normes ». Ce sont 3 terrains de football, 3 terrains de tennis de table, 2 terrains multisports (volleyball et handball), 2 terrains de basket, un gymnase pour les sports de combat et l’amphi 1000 pour le Ping Pong. « Donc, je pense que les compétitions se déroulent normalement, A ce niveau on ne nous a pas signalé de gros problèmes», a précisé Paul Henri Amvam Zollo. Pour le reste, au plan de l’hygiène et la propreté, le recteur a salué le concours de la société Hygiène et salubrité du Cameroun (Hysacam). Des soldats de la propreté sillonnent le campus à longueur de journée, ramassant au passage les ordures qui jonchent le sol. « Avec autant de personnes il y a forcément des ordures qui sont déversées.

Tout est fait pour que l’on puisse ramasser ces ordures au fur et à mesure ». De plus, dans le cadre du comité d’organisation local présidée par le directeur de l’Ecole des sciences et de médecine vétérinaire, des inspections sanitaires seraient effectuées sur les denrées alimentaires servies. Enfin, l’on a évoqué l’aspect sécuritaire. De nombreux cas de vols sont signalés ça et là au village des jeux. Les cambrioleurs s’en prennent généralement aux véhicules stationnés sans surveillance, emportant lap-tops, portefeuilles et divers objets de valeur. « Du point de vue de la sécurité, nous travaillons en collaboration avec la Région afin que nous n’ayons pas de problème d’insécurité au sein du campus », a confié Paul Henri Avam Zollo. C’est la première fois depuis le début de cette kermesse sportive que le président de la Fenasu répond aux questions de la presse. Il lui est reproché notamment d’être très distant des journalistes. Au moment où les jeux universitaires amorcent la dernière ligne droite, la chasse aux médailles se veut encore plus rude. Des actes d’anti-jeu sont déplorés. Des sorties médiatiques comme celle d’hier rassurent et sensibilisent à coût sûr les consciences.

Salomon KANKILI

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 26/04/2013