Le Cameroun à la conquête de Wikipedia

Au 11 mars 2013, il y avait environ 1500 articles concernant le Cameroun sur l’encyclopédie en ligne Wikipedia.

wikipedia-512x368.jpg

Un chiffre plutôt faible, en comparaison, par exemple, avec la France qui compte environ 223.000 articles. Les consultations concernent surtout Samuel Eto’o, Yannick Noah, l’équipe nationale de football, Calixte Beyala, etc. Là aussi, les domaines fournis sont restreints. C’est notamment pour compenser ce retard que Doual’art, centre d’art contemporain, en partenariat avec la Fondation Orange, a inauguré vendredi à Douala, l’espace WikiAfrica. Créé avec l’objectif de faciliter un accès libre service aux personnes souhaitant contribuer à l’encyclopédie Wikipedia et, si besoin, de mettre à disposition des compétences pour son utilisation.

En effet, le projet WikiAfrica est né du constat de la faible représentation de l’Afrique parmi les sujets traités sur Wikipedia, 6e site le plus consulté au monde. A peine 60.000 articles concernant l’Afrique, contre 515.000 articles relatifs à l’Europe dans la version francophone de l’encyclopédie. « C’est un projet-pilote étalé sur un an. Il s’agit notamment de documenter le patrimoine culturel et naturel du Cameroun. Il faut amplifier la documentation sur le Cameroun, qui est un des pays les plus remarquables car c’est une Afrique en miniature», confie Marilyn Bell, Présidente de Doual’art.

Le projet a plusieurs composantes: d’une part, la formation des Camerounais par un expert « wikipedien » accueilli en résidence. D’autre part, une formation de photographes est opérée pour qu’ils apprennent à documenter de façon visuelle le patrimoine du Cameroun. Pour ce projet-pilote d’une durée d’un an, les communautés urbaines de Limbe, Edéa et Douala ont été sélectionnées.

Les contributions concernent cependant l’ensemble du territoire. Dans la pratique, l’espace WikiAfrica est réservé aux personnes souhaitant participer à Wikipedia. Les ordinateurs seront exclusivement utilisables pour aller sur l’encyclopédie ainsi que pour réaliser des recherches documentaires nécessaires à la rédaction des articles. « Avec, le numérique, on a une propagation de l’information de façon plus aisée. Ce projet participe à la réduction de la fracture numérique et permet d’accéder à la culture africaine et de la promouvoir» déclare Luc Heripret, Directeur du mécénat Afrique à la Fondation Orange.

Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau