L’Université de Douala célèbre déjà le cinquantenaire de la Réunification

universite-douala.jpg

C’était au cours d’un colloque organisé ce jour à l’amphithéâtre Georges NGANGO.

La réunification du Cameroun a 50 ans déjà. C'est-à-dire toute une vie. Ce n’était pourtant pas une évidence au lendemain de l’indépendance du Cameroun Francophone, mais il a fallu compter avec la claire vision de ses pères initiateurs.

Conscients qu’ils étaient que le développement du Cameroun était tributaire de son unité. C’est fort de tout cela que la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLSH) de l’Université de Douala a lancé, ce mercredi 13 février 2013, le colloque des cinquantenaires, ceci sur le thème : «La réunification du Cameroun : bilan, défis et perspectives».

En ouvrant les travaux, Joseph BETI ASSOMO, le Gouverneur de la Région du Littoral et représentant le Ministre de l’Enseignement Supérieur, a tenu à préciser que : «l’unité nationale est une quête permanente, un défi qui interpelle tout le monde». Et pour «se construire et poursuivre son émergence, le Cameroun a plus que jamais besoin de cette unité», a-t-il ajouté. Le Professeur Dieudonné OYONO, Recteur de l’Université de Douala et par ailleurs Président du Comité Scientifique d’Organisation, a quant à lui donner les raisons du colloque : «le colloque permettra d’engager des réflexions fécondes et positives sur le parcours à venir, notamment de nouvelles stratégies face aux nouveaux défis, en vue d’édifier une nation camerounaise plus unie, plus solide. L’université semble être le meilleur cadre de débats». Allant dans le même sens lors de la leçon inaugurale, le Professeur Samuel EFOU’A MBOZO’O, Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, a tenu à faire un peu d’histoire : « les « retrouvailles » du 1er janvier 1960 et le plébiscite des 11 et 12 février 1961 font du Cameroun un pays particulier en Afrique».

Pendant deux jours, les enseignants venus des différentes universités du Cameroun vont débattre dans trois ateliers. Dans le premier atelier, il sera question du processus historique de la réunification et des réalités contemporaines de la réunification. L’université camerounaise face aux défis du développement : le processus historique des 50 dernières années, les diasporas camerounaises dans la construction de la nation camerounaise : bilan et perspectives constitueront les questions qui meubleront l’atelier deux. Dans le troisième atelier, les panelistes discuteront des perspectives d’avenir, notamment le Cameroun dans la Francophonie et le Commonwealth, le tribalisme, le régionalisme, unité et intégration nationales au Cameroun. Ce jeudi les différents participants donneront les résultats de leurs travaux et les différentes propositions seront faites pour la bonne marche de la réunification.

© Armand-Rodolphe DJALEU | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau