L'éclairage du Pr. Jacques Fame Ndongo, Ministre de l'Enseignement Supérieur, au sujet de l'Université inter-Etats de Sangmélima.

 

Pr. Jacques Fame Ndongo: «Cette université aura des effets inestimables»

Toute la communauté universitaire camerounaise remercie le président Paul Biya qui a bien voulu initier et conduire (de concert avec son homologue congolais, S. E. Denis Sassou Nguesso) ce projet inédit et futuriste qui s'ajoute à l'architecture universitaire existante: huit universités d'Etat classiques, deux universités numériques, une zone franche universitaire, près de 150 instituts privés d'enseignement supérieur. Les enseignants, le personnel d'appui et les étudiants du Cameroun ont été très heureux d'apprendre, le 21 décembre 2012, que le ministre camerounais des Relations extérieures, le Pr. Pierre Moukoko Mbonjo, et son homologue de la République du Congo, M. Basile Ikouebe, sur très hautes instructions de leurs deux chefs d'Etat, ont procédé à la signature de la convention portant création de l'université Inter-Etats entre la République du Congo et la République du Cameroun. Par ailleurs, un accord de coopération entre l'université Marien Ngouabi et l'université de Yaoundé Il a été signé par les deux ministres susvisés, ce qui satisfait les attentes de la communauté universitaire camerounaise en vue d'une meilleure mobilité académique, d'une traçabilité heuristique (recherche) optimale et d'une maximisation quantitative et qualitative de l'offre académique afin de faire de l'enseignement un puissant outil de formation du capital humain nécessaire à l'émergence du Cameroun à l'horizon 2035, grâce à la matérialisation idoine de la triple mission assignée par la nation à nos universités: enseignement, recherche, appui au développement

A quand le démarrage des activités?

Dès que le décret conjoint sera signé par les deux chefs d'Etat concernés, et après la clarification de l'organisation administrative et académique de l'université Inter-Etats, l'université pourra démarrer ses activités à Ouesso, chef-lieu de la préfecture (région au Congo) de la Sangha d'une part et à Sangmélima d'autre part. En ce qui concerne le Cameroun, la mairie de Sangmélima a déjà mis à la disposition de l'université un terrain de vingt hectares pour la construction des infrastructures. Mais nous pourrons démarrer dans des locaux provisoires, en tant que de besoin. Il importe de souligner que ce projet est en gestation depuis la grande commission mixte Cameroun-Congo en 2009 (Brazzaville).

Peut-on avoir une idée des filières offertes par cette institution?

Les filières qui figurent dans la convention signée par les deux ministres vendredi à Yaoundé sont les suivantes: agriculture, foresterie, environnement, technologies de l'information et de la Communication. La convention précise que d'autres domaines pourront être identifiés, d'accord partie, pour l'université Inter Etats.

Comment allez-vous procéder au recrutement du personnel enseignant?

Le système LMD (Licence-master-doctorat) prescrit la mobilité académique (enseignants et étudiants). Il n'est donc pas exclu qu'en plus des enseignants qui seront formellement recrutés par l'université Inter-Etats (selon les critères d'excellence, à savoir publication des postes en fonction du diplôme, domaine, de la spécialité, de l'expérience pédagogique et professionnelle), les enseignants des universités camerounaises (je pense, notamment, à la FASA de Dschang, à I’ENSAI de I'ENSP de Yaoundé I etc...) puissent se rendre à Ouesso (et, le cas échéant, à Owando en cas d'extension des activités par la partie congolaise dans le chef-lieu de la préfecture (région au Congo) de la Cuvette pour dispenser des enseignements théoriques ou professionnels en qualité de professeurs missionnaires. Idem pour les enseignants de l'université Marien Ngouabi de Brazzaville.

Qu'en est-il des critères d'admission des étudiants... ?

Les critères de recrutement des étudiants seront conformes aux critères académiques classiques (pré-inscription puis inscription) moyennant le versement des droits universitaires (en principe, 50 000 FCFA par étudiant en zone Cemac, en vertu du principe diplomatique de la réciprocité). Les étudiants viendront du Cameroun, du Congo, de l'Afrique centrale, de l'Afrique...

Comment s'effectuera le financement de cette université?

Le budget de l'université Inter-Etats est financé, selon la convention, par les contributions annuelles des parties contractantes (montant à fixer), les dons, les legs et autres contributions d'origines diverses, les revenus tirés des prestations fournies ou l'organisation de rencontres, manifestations et autres évènements scientifiques, les activités scientifiques génératrices de revenus.

La région du Sud se voit là dotée d'une université Inter-Fats. Est-ce que l'espoir d'avoir une université d'Etat s'éloigne?

La région du Sud est comblée et heureuse, suite à la signature de la convention portant création de l'université Inter-Etats Congo-Cameroun domiciliée à Ouesso et à Sangmélima (chef-lieu du Dja et Lobo dans la région du Sud). Une salve d'applaudissements chaleureuse et spontanée a accueilli l'annonce, par le ministre Pierre Moukoko Mbonjo dans la salle des actes de l'hôtel de ville de Sangmélima, de la signature, le 21 décembre 2012, de la convention susvisée à Yaoundé. Cette université aura des effets économiques et sociaux induits et inestimables à Sangmelima (dans le Dja et Lobo dans la région du Sud), le Cameroun, voire l'Afrique centrale. A ce sujet, les populations de la région du Sud avec lesquelles j'ai eu à deviser vendredi dernier, remercient sincèrement le chef de l'Etat, S.E. Paul Biya, pour cet acte historique aux conséquences multidimensionnelles. Toutefois, s'il en a convenance, le chef de l'Etat pourra créer une université d'Etat classique dans la région du Sud, en tant que de besoin. D’ores et déjà, une formation universitaire professionnalisante a lieu depuis la rentrée académique 2009-2010, dans le cadre de l'antenne de l'université de Dschang à Ebolowa.

Depuis la rentrée 2012-2013, des cours en masters professionnels sont dispensés dans le cadre de cette antenne. Au demeurant, les travaux de construction de cette antenne ont démarré depuis novembre 2012 au lieu-dit Metyikpwalé-Nlanyop, sur l'axe roncier Ebolowa Mvangane par Biwong-Soulou. Ces nouvelles infrastructures viendront décongestionner les locaux de l'antenne concernée situés en pleine ville d'Ebolowa et devenus exigus.

© Armand ESSOGO | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau