Examens officiels: Des «mercenaires» aux arrêts

Trois faux candidats interpellés au Lycée Bilingue de Foumbot alors qu'ils composaient l'épreuve de mathématiques pour des candidats régulièrement inscrits.

Après le Baccalauréat où des cas de fraude et des interpellations ont été enregistrés dans les régions de l'Ouest, du Littoral et du Sud-Ouest, la session 2013 du Brevet d'Etude du Premier Cycle (BEPC), terminée la semaine dernière, n'a pas dérogé à la règle de tricherie au Lycée Bilingue de Foumbot. Bibianne Kontchou, 18 ans, élève en Terminale A4 Allemand au Lycée bilingue de Bafoussam, Mero Issa Flore, 20 ans, et Sylvain Koudjouk, 29 ans, étudiant en Master I des Sciences Naturelles à l'Université de Dschang, ont été interpellés mardi 4 juin 2013 au sous-centre du Lycée Bilingue de Foumbot, lors de l'épreuve de mathématiques.

Alors qu'ils passaient cette épreuve en lieu et place des candidats régulièrement inscrits sous le couvert de trois collèges privés de la place, Ils ont été pris par les forces de l'ordre, puis gardés à vue au Commissariat de Sécurité Publique de Foumbot, où ils méditent actuellement leur sort. Selon le Procureur de la République près le Tribunal de Foumbot, John Peter Kouot, ces trois fraudeurs risquent une peine d'emprisonnement allant d'un mois à 3 ans d'emprisonnement ferme et d'une amende allant de 25 000 FCFA à 2 millions FCFA. En référence à l'article 163 du Code de procédure pénale relatif aux fraudes lors des examens et concours.

Le lendemain de ces interpellations, c'est 91 autres candidats qui se sont désistés de l'examen du BEPC à Foumbot dont 9 au Lycée Bilingue Local et 82 au Lycée de Koudounben. Selon des informations reçues, ces candidats démissionnaires auraient été contactés par une dame dont le nom reste pour l'instant inconnu. Cette dernière qui serait la tête pensante d'un vaste réseau de fraude aux examens officiels dans la Région de l'Ouest aurait «eu une scène de ménage houleuse avec son conjoint dans la nuit de lundi à mardi, la veille de l'examen», pour une histoire dit-on de «gombo» mal partagé entre les différents «actionnaires» qui entretiennent le réseau. Une situation qui a mis son beau-frère, un autre cadre de cette maffia dans tous ses états, bien décidé à révéler le pot aux roses.

Et c'est ce dernier qui conduira d'ailleurs le Procureur, le chargé de mission Hyppolite Modeste Takou et les forces de l'ordre au sein dudit établissement où il désignera physiquement les fraudeurs, rapporte notre source. D'après certaines langues qui commencent à se délier proche du bizness, les candidats qui ont fait appel à ces mercenaires auraient déboursé, auprès de la dame, la rondelette somme de 300 000 FCFA pour le BEPC, 500 000 FCFA pour le Baccalauréat et sensiblement la même proportion pour le Probatoire qui débute demain mardi. Un marché juteux dont on dit disséminé dans tous les centres et sous centres d'examens de la région. On parle de plus de 800 candidats à travers l'Ouest dans le réseau pour les différents examens.

Certains ont déjà réussi leur coup, d'autres bien décidés tenteront encore de flouer les surveillants dès demain pour «remplir leur mission». De l'exploitation des détenus par les forces de l'ordre, plusieurs grands noms circulent désormais dans la région. Certains ont même déjà à l'heure actuelle disparu de la circulation. En attendant que le législateur lise le droit sur cette affaire qui tient toute une partie du pays en haleine, les dernières nouvelles renseignent que la dame, cerveau du gang, aurait elle aussi été appréhendée par la police alors qu'elle tentait de rallier la capitale économique pour se fondre dans la nature. Des jours sombres s'annoncent pour tous ceux dont les responsabilités seront établies dans cette affaire, aurait promis un haut responsable de la Direction des Examens et Concours du Ministère des Enseignements Secondaires.

© JEAN-EMMANUEL MANGA | L'Anecdote

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/06/2013