Enseignement Secondaire: Le Lycée de Nkolndongo en chute libre

Selon nos informations, le mercredi 31 octobre 2012, aux environs de 20H, M. le Sous-préfet de l’Arrondissement de Yaoundé 4e, qu’assistaient Mme le Commissaire Spécial, le représentant du Commandant de Brigade de Gendarmerie de Kondengui, du représentant du Délégué Départemental MINESEC du Mfoundi, du nouveau proviseur, en la personne de Mme Ateba Ndoumou et quelques censeurs, procédait à l’installation du nouveau bureau de l’APE pour le compte de l’année scolaire 2012-2013.

lycee-de-nkolndongo.jpg

Nos sources précisent que rien n’a été facile, car «nous avons assisté à des péripéties rocambolesques orchestrées par Mme le proviseur. Dès le jour de son installation, le 03 septembre 2012, elle annonce les couleurs en recrutant ce jour même sans penser à mettre sur pied la commission de recrutement comme l’exigent les instructions ministérielles. Elle va s’ériger en dame à tout faire. Intendant car, elle perçoit l’argent d’inscription et le garde dans son bureau (…), elle demande aux membres du bureau qui étaient là de déguerpir. Dans ses manières d’agir, aucun ancien n’est consulté, même son intendante est mise aux oubliettes, elle ne s’occupera qu’a remplir ses documents financiers qu’a la base des données à elle imposées. Elle va s’adjoindre les services du censeur, M. Soulemong, homme de main et à tout faire», lit-on dans le rapport adressé à la hiérarchie étatique.

Avec la fin du mandant du président de l’APEE, elle aurait organisé, en date du 17 octobre 2012, une élection qualifiée de fantoche, appuyée par des parents délégués recrutés par ses soins, afin d’élire un bureau dont le président était son trésorier du Lycée de Nkolbisson, d’où elle exerçait avant d’être nommé à Nkolndongo. Il est à rappeler que ce dernier n’avait d’enfant inscrit au Lycée pour être parent délégué. Mis au parfum de la situation, l’ancien président, soutenu par un nombre important de parents, adresse une pétition au Préfet du Mfoundi à l’effet de d’annuler cette élection et procéder conformément aux circulaires ministérielles. C’est ainsi que, selon nos informations, M. le Préfet du Mfoundi, par lettre, instruira le Sous-préfet d’organiser, d’un commun accord avec le président sortant et le proviseur, des élections dans les plus brefs délais et dans le respect des textes en vigueur. C’est ainsi que, le 24 octobre, 26 parents délégués des classes du Lycée furent élus et devaient constituer le collège électoral. Le 31 octobre 2012 donc, le bureau exécutif de l’APEE du Lycée de Nkolndongo s’est mis en place.

Mascarade

Pour ce qui concerne le budget de l’APE 2012-2013, les effectifs, selon les chiffres officiels, 2224 élèves étaient inscrits. Cela a été réparti comme suit: 1050 pour le 1er cycle, 1174 pour le second cycle. Taux d’APEE: 10.000 par élève; Recouvrement: 22.240.000 FCFA. On crie à la mascarade, car, dit-on, toutes les classes étaient bondées d’élèves: 26 classes à effectif de plus de 100 ne sauraient donner ce chiffre. A titre d’exemple, une première D à 183 élèves, une 4e Allemand 143 élèves. « Dame proviseur n’a pas pu faire sortir les listes réelles et un cafouillage indescriptible s’y est installé. Le 22 mars, date de fin de 2e trimestre, certains élèves n’ont toujours pas de reçu d’inscription». De l’exécution du budget, il convient de retenir qu’a «notre arrivée, le compte de l’APEE affichait zéro franc. Il est évident que Dame proviseur avaient engagés d’énormes dépenses sans l’aval du conseil d’établissement, ni celui du bureau qui était encore sous mandat en annexe 3, un document présentant le budget 2012/2013 vous est servi. Il sera signé par le président de l’APEE, nouvellement élu le 06 Novembre 2012. Malgré lui, sous le signe de l’apaisement du dialogue et du respect que nous avons vis-à-vis de l’administration.

A vrai dire, nous ne saurons justifier aucun élément de ce budget», écrit-on dans le rapport. Selon nos informations, Mme le proviseur se serait adjoint les services de Soulemong, censeur appelé vice-proviseur qui ferait tout, ignorant les autres membres de l’administration, à l’instar de l’intendante, car c’est lui qui paierait les vacataires et personnels d’appui, les dernières décisions lui reviendraient de facto. Aussi, Mme le proviseur recevrait des rapports sous forme de commérages de dame Mvogo Marguerite, Pleg, affecté au Lycée de Soa, et qui percevrait les primes allouées aux enseignants du Lycée de Nkolndongo. Ce qui entraînerait une frustration de tout le personnel du Lycée.

Brigands

Ayant effectué un recrutement à la pelle, le Lycée se serait retrouvé avec une bande de brigands. Les exemples sont légion: Cas de port d’arme et menace des camarades en 4e Espagnol; cas de détention et consommation de drogue en 5e; cas de viol en 6e et 5e, consommation de sachet d’alcool; cas de bagarre et d’homosexualité en classe de première; immixtion des bandes de brigands dans l’enceinte de l’établissement, menaçant enseignants et responsables. Qui pis est, il est signalé un désordre inouï dans les salles de classes où les élèves portent mains sur les professeurs. Bref, «une insécurité totale ne pouvant que produire des résultats médiocres qui se dégagent des 2 trimestres». Le pire est donc à redouter pour les résultats officiels. Le site d’Anguissa qui a en principe 08 salles de classe en matériaux définitifs et 02 en planches, est totalement abandonné.

Elle n’y mettrait jamais les pieds. Les 02 salles en planches, constituent le repère des malfrats et de scènes scabreuses ou de pornographie, selon les rapports des surveillants, des censeurs et des élèves. Elle aurait également confisqué le marché du Lycée au détriment de l’APEE, qui doit en principe gérer cette structure, exigeant des frais exorbitants aux vendeuses sans entreprendre quoique ce soit. Plus grave encore, près de six salles de classe seraient sans tables-bancs. Face à cette décrépitude du Lycée de Nkolndongo, il est encore temps de sauver les meubles avant qu’il ne soit trop tard. L’une des solutions est «la construction de son site pour éviter les frasques et les déplacements intempestifs des presseurs».

@Le Soir

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau