Cames 2015: Le Cameroun s’enrichit de 16 nouveaux agrégés

Ils ont été reçus lors du 17e concours d’agrégation du Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (Cames) organisé du 9 au 20 novembre 2015 à Lomé au Togo.

Afficher l'image d'origine

Ils sont 16. Ils sont camerounais. Ils sont connus des milieux universitaires locaux.
A leur retour de la capitale togolaise, ils arboreront les attributs d’agrégés. La moisson est d’autant plus intéressante que le Cameroun a aligné déjà deux majors: Joseph Keutcheu (en sciences politiques, Université de Dschang) et Joseph Dzongang (en sciences de gestion, Université de Dschang).
Les têtes pensantes camerounaises figuraient dans presque toutes les disciplines du 17e concours d’agrégation. Sur les six sections d’agrégation mises en compétition à savoir:
droit privé et sciences criminelles, droit public, sciences politiques, histoire du droit, sciences économiques, sciences de gestion), le Cameroun a eu au moins un admis. Outre les candidats, trois brillants professeurs Camerounais de droit, ont également fait partie des 40 membres des jurys de ce concours. Il s’agit notamment du Pr Luc Sindjoun de l’université de Yaoundé 2 (président du jury de Sciences politiques), du Pr François Anoukaha, de l’université de Yaoundé 2 (membre du jury de droit privé et de sciences criminelles), et du Pr Alain Ondoua, de l’université de Yaoundé 2 (membre du jury de droit public). Le 20 novembre 2015, seuls les plus brillants en sont repartis comblés. Dans la section Droit public par exemple, on apprend que sur 23 candidats enregistrés au départ, seuls 6 ont été agrégés. Ils sont originaires de plusieurs institutions universitaires du continent africain. Leurs noms ont été rendus publics. On signale que le candidat Momo Foumthim, de l’université de Douala, a été collé au stade de l’admission. Depuis 1982, le Cames organise des concours de Médecine, Pharmacie, Odontostomatologie, Médecine vétérinaire et Productions animales d’une part qui se tient les années paires, et le concours de Sciences Juridiques, Économiques et de Gestion, d’autre part, qui se déroule les années impaires. «Les jurys internationaux chargés de l’évaluation des candidats font appel à d’éminents représentants des communautés universitaires des pays membres et des pays partenaires au rang desquels l’on compte la France, la Belgique, le Canada, le Maroc, la Tunisie, etc.», peut‐on lire sur le site internet de Cames. Créé il y a 46 ans, le CAMES est une agence d’accréditation de qualité et un centre de recherche des pays qui en font partie. Le programme a déjà enregistré environ 1 300 agrégés.

Le concours d’agrégation Cames prime les meilleurs acteurs des institutions d’enseignement supérieur des pays membres qui se sont illustrés dans les domaines des sciences juridiques, économiques et de gestion en aménageant une voie courte pour l’accès au corps des Maîtres de conférences. Cette année encore, plusieurs pays ont soumis leurs candidatures au concours.

Sciences de gestion
Nzongang Joseph
Biboum Désirée
Moungou Sabine
Souleymanou Kaddouana
Hamadou Boukar

Sciences politiques
Keutcheu Joseph
Ngono Louis Martin
Droit privé
Timtcheng Moise
Moneboulou Minkada Hervé Magloire
Levoa Awona
Zambo Zambo Dominique Junior
Soupgui Eloie

Sciences économiques
Atangana Ondoua Henri
Mohamadou Nourou
Zambo Akono Christian
Meka’a Cosmas
Fouopi Djiogap

Sciences de gestion
Mballa Owona Robert

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau