Cameroun - Universités d'Etat: Une année académique sans prime à l'excellence

Les listes des étudiants méritants de 2011-2012 acheminées au Ministère de l'enseignement supérieur attendent toujours le déblocage des fonds.

S'il y a un sujet qui anime les conversations des étudiants sur les campus de Yaoundé I (à Ngoa Kelle) et de Yaoundé II (à Soa), ces jours, c'est celui sur la prime à l'excellence académique une enveloppe allouée aux meilleurs étudiants. Cette récompense d'une valeur de 3 milliards de francs CFA a été instituée par le Président la République et prise en compte dans le budget de l'Etat depuis 2010. Chaque étudiant bénéficiaire reçoit 50.000 Fcfa. Et D. Dikens Priso, le Directeur du centre des œuvres universitaires à l'Université de Yaoundé I, de préciser: «Dès lors qu'on est étudiant et qu'on remplit les conditions, on a droit à la l'argent. Qu'on soit déjà travailleur ou non». Seulement, comme par le passé, le paiement de cette gratification suscite un débat depuis quelques jours dans les milieux des apprenants. Des étudiants rencontrés ne comprennent pas ce qui peut expliquer un tel retard dans la libération des fonds.

Certains de leurs leaders Yaoundé, sans hésiter, partagent leur petite idée sur cet état de choses. «Il s'agit sans plus, pensent-ils, des manœuvres orchestrées régulièrement pour favoriser les fraudes. A la fin on va se retrouver avec des noms des gens qui ne sont inscrits ni dans une université ni dans une grande école. Ils vont tranquillement tou¬cher les 50.000 Fcfa au détriment des méritants». Pour ces «cop's», il n'y a aucune autre explication valable au retard accusé dans le traitement de ce dossier surtout à l'heure des technologies de l'information et de la communication. Ce n'est pas le Pr Priso qui leur apportera la réponse à leur préoccupation. Lui qui explique néanmoins le travail qui précède le paiement de la prime. «Il ne s'agit pas d'un problème d'une université ou d'une école.

La prime concerne les étudiants de l'ensemble du pays. Au départ, le Ministre de l'Enseignement supérieur adresse une correspondance à tous les chefs des institutions demandant de lui transmettre les listes des étudiants méritants», dit-il. Le Directeur du Centre des œuvres universitaires insiste pour dire que l'excellence reste le principal critère de choix. Puis il renseigne aussi que les recteurs qui reçoivent la note du Minesup instruisent à leur tour les chefs d'établissements en leur envoyant une copie de la note du Ministre.

Les listes sont constituées dans les différents établissements et affichées. «Elles doivent porter le nom de l'étudiant, son établissement, son matricule et ses moyennes. Elles sont affichées pour d'éventuelles revendications. Des nouvelles listes sont dressées et intégrant les requêtes des étudiants.

Si l'on n'enregistre plus de plaintes, on les transmet au recteur qui les fait parvenir au Ministre de l'Enseignement supérieur. C'est lui qui débloque le montant correspondant pour chaque université», ajoute-t-il. Le Pr Priso dit néanmoins que si les étudiants se plaignent du retard observé, il ne peut pas dire exactement pourquoi ça coince. Il demande aux apprenants de prendre leur mal en patience.

Des étudiants soutiennent que les listes ont déjà été transmises au Minesup. Mais c'est le silence total autour de cette question dans ledit Ministère, les choses ne relevant uniquement du pouvoir du Ministre. Cependant, certaines sources, sans aucune preuve, parlent des difficultés de trésorerie comme raison du blocage.

© ADRIENNE ENGONO MOUSSANG | Mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau