CAMEROUN, UNIVERSITÉ:LE DÉVELOPPEMENT DE LA RECHERCHE HYPOTHÉQUÉ

Difficile pour le système national de la recherche et de l’innovation universitaires ainsi que les transferts des technologies de soutenir et impulser la productivité industrielle.

Yomee logbessou310112300

La recherche universitaire camerounaise souffre de l’insuffisance des structures formelles d’exécution comme les laboratoires universitaires et les textes réglementaires qui la structurent en entités accréditées,fonctionnant sur un plus grand regroupement des enseignants chercheurs,sur la mutualisation des moyens, la pluridisciplinarité et la complémentarité des compétences. Il urge donc qu’il soit mis en place une bonne structuration de la recherche universitaire, consistant à formaliser les structures de base de ladite recherche afin de lui donner plus de cohérence et de visibilité ; Un renforcement du système d’information de la recherche pour mieux connaître ce qui est fait par cette recherche ; Une valorisation de la recherche universitaire pour améliorer les performances du système national d’innovation et diversifier ainsi les sources de financement à travers la commercialisation des résultats de ladite recherche ; Un développement maîtrisé de la coopération et des partenariats afin de faciliter les transferts de technologies entre l’université et les entreprises.

Par ailleurs, comme le suggère son nom, l’Université est l’arène où se livrent les grandes batailles, toutes aussi décisives les unes que les autres pour la découverte, la conquête, la compréhension et la maîtrise de l’Univers, dans le but d’apporter une contribution déterminante, non pas seulement à la science en général mais aussi et surtout au progrès et à l’épanouissement de l’homme, de la société et de l’humanité toute entière.

Sa mission essentielle est donc de former l’homme dans sa totalité, dans son corps, son esprit, son âme, en lui fournissant des armes et des méthodes pour s’auto-réaliser et de mieux comprendre l’univers et la vie dans toute sa richesse et s’intégrer harmonieusement dans la société dans laquelle il est appelé à vivre. A ce propos, le Syndicat national des enseignants du supérieur (Synes) a produit un livre blanc pour présenter, analyser et proposer des solutions aux problèmes qui s’y posent depuis les années 90, mais les autorités en charge de sa réorientation semblent apprécier et encourager la courbe fatale qu’elle prend inexorablement depuis un peu plus d’une décennie. Et, comme un navire ou un avion à la dérive, elle s’est écartée et continue de s’écarter de sa direction originelle, sous l’effet des vents et des courants contraires.

© Aurore Plus : L.M.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau