Cameroun - Université des montagnes: Rentrée morte en première année de Médecine

La date fixée par le ministre de l'Enseignement supérieur n'a pas été respectée dans cette institution privée. Les étudiants en première année de médecine, nouvellement admis à l'Université des Montagnes (Udm) Bangangté, suite à la publication des résultats du premier concours national d'entrée dans les filières médecine, pharmacie et odontostomatologie dans les universités d'Etat et les deux instituts privés agréés, ne parviennent pas encore à obtenir une inscription dans cet établissement.

En fait, les responsables de cette université ne sont pas prêts à les accueillir, tant que les négociations souhaitées avec le ministère de l'Enseignement supérieur (Minesup) n'ont pas abouti. Un désaccord entre l'Udm et le Minesup naît des conditions d'organisation desdits concours par les pouvoirs publics. La raison avancée par les responsables de l'Udm, pour justifier le retard accusé par la rentrée académique, c'est que le Minesup a envoyé des étudiants, sans un fond de dossier. Il s'agit notamment de la liste des admis. On se souvient que les résultats rendus publics, il y a peu, par le Minesup, faisaient ressortir un quota d'étudiants par filière en première année: médecine (80), pharmacie (60) et odontostomatologie (50).

Soit au total 190 nouveaux étudiants. D'après nos sources, le second problème se pose en termes de coût de scolarité.«Comment vont se comporter les étudiants, parfois de la même filière, quand les uns payent 50 000 FCFA et les autres 1 295 000 FCFA», s'interroge un étudiant de l'Udm ayant requis l'anonymat. Dans un communiqué signé hier, 12 novembre 2013, le président de l'Association pour l'éducation et le développement (Aed), promotrice de l'Udm, Henri Njomgang, semble indiquer que les parents doivent se conformer au taux pratiqué par son institution.

«L'Aed invite tous les parents disposés à payer librement les frais de scolarité requis à l'Udm à prendre attache avec cette institution pour procéder au paiement et permettre ainsi à leurs enfants de commencer immédiatement les cours», écrit-il. Avant d'ajouter: «L’Aed qui est en pourparlers avec les autorités du ministère de l'Enseignement supérieur, s'engage à restituer auxdits parents toutes les allocations que le gouvernement pourrait lui verser en faveur des étudiants qui ont été orientés à l'Institut supérieur des sciences de la santé de I'Udm» Ce vent de contestation ne touche pas les 17 et 10 étudiants envoyés à l'Udm, respectivement en 2 ème et 3 ème année médecine. Sans doute qu'en l'absence d'une précision sur le montant de la scolarité de la part du Minesup, l'institution d'accueil aura la possibilité d'appliquer librement ses frais. En attendant que l'Udm et le Minesup accordent leurs violons, les 190 étudiants concernés redoutent déjà une année blanche.

© MICHEL FERDINAND | Mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau