Cameroun - Université de Yaoundé I : Un enseignant d’université suspendu

Le Pr Pierre Marie Njiale est accusé de harcèlement sexuel par son étudiante qui a fourni des enregistrements sonores.

harcelement-sexuel-2.jpg

Dans une correspondance datée du 24 juin 2013 dont Le Jour a obtenu copie, Maurice Aurélien Sosso, le recteur de l’université de Yaoundé I, suspend Pierre Marie Njiale, Maître de conférences en service à la faculté des Arts, Lettres et Sciences humaines, pour « harcèlement sexuel ». La décision ajoute qu’à titre conservatoire, l’enseignant est « suspendu de toutes activités académiques au sein de l’université de Yaoundé I ». Considérant « les enregistrements sonores produits par les étudiantes victimes », ladite décision, sans préjudice des poursuites judiciaires, est la résultante du rapport du conseil extraordinaire du département des sciences de l’éducation de L’Ecole normale supérieure (Ens) de Yaoundé, en date du 19 juin 2013 et de la note de service du 21 juin 2013 portant suspension de Pierre Marie Njiale de toutes activités académiques à L’Ens de Yaoundé où le mis en cause est vacataire.

Cette suspension intervient après l’affaire de harcèlement sexuel qui a enflammé l’Ens depuis le 15 juin 2013. Pierre Marie Njiale est accablé par l’une de ses étudiantes. Selon un élément sonore disponible sur Internet, l’enseignant qui est le directeur de mémoire de la jeune fille, exige d’elle des rapports sexuels pour la soutenance de son mémoire de 5ème année. L’étudiante est élève-conseillère d’orientation. Le 22 mai 2013, la bande sonore est diffusée sur les ondes de la radio Sky One au cours de l’émission Verbatim présentée par Roger Kiyeck.

Morceaux choisis :

“”Tu veux me faire le chantage, ne m’apporte pas ça, c’est un problème entre nous deux, n’amène même pas l’école là dedans. Ce n’est pas un problème d’école”“, dit le professeur. -

“”Monsieur, c’est l’école qui nous réunit ici”“, répond l’étudiante

- “Et puis quoi”, réplique l’enseignant.

- “Hou”, dit l’étudiante.

- “Hou que quoi ?”, répond l’enseignant.

“J’avais d’abord lu ton travail, tu m’avais donné quoi ?”, ajoute-t-il

- “Je devais vous donner quoi ? ce n’est pas prévu dans le règlement intérieur “, dit la jeune fille.

-“Ah mouf!Va manger ton règlement intérieur”, charge le Maître de conférences.

Le reporter du Jour a rencontré le Pr Njiale à la montée Ane Rouge et lui a servi une copie de sa suspension. Très surpris,il modère:«J’étais avec M. Jean Emmanuel Pondi le vendredi 29 juin 2013 et pourquoi ne m’a-t-il pas signifié cela. Je n’ai jamais été notifié, vous au moins vous avez fait la différence ». « Nous sommes dans un Etat de droit. En matière de communication, il est interdit d’enregistrer sans autorisation préalable », a répondu l’enseignant.

A l’Ens, les commentaires vont bon train. « Que celui qui n’a jamais péché et se sait irréprochable pour les faits incriminés lance la première pierre sur Njiale », réagit un ensei-gnant. Un autre ajoute : « Je dois dire que cet enseignant est très susceptible, mais il n’a rien fait d’extraordinaire. Je ne veux pas cautionner son acte, car il a usé des moyens de pression, mais je crains qu’il y ait un rè-glement de compte. Le cas Njiale n’est en réalité que l’arbre qui cache la forêt. »

© Le Jour : Jean-Philippe Nguemeta

Commentaires (1)

1. didier 08/04/2014

je suis aussi d avis ke c un reglement de compte de la part de l etudiante.
mais le pr. Njiale a tord et merite sa suspension.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau