Cameroun - Université de Dschang: Quand les étudiants désertent le campus

L’Université Le Pr. Sammy Beban Chumbowe, Recteur de l’Université de Dschang, a fait état de 27 596 étudiants lors de son allocution à l’occasion de la rentrée solennelle le 10 novembre 2015, alors qu’en octobre 2015 l’on comptait plus de 30 000 étudiants pour l’année académique 2015-2016.Dschang, réputé depuis ces trois dernières années pour la qualité de ses enseignements, voit son campus et ses cités se vider de jour en jour. Les étudiants déserteraient ainsi l’institution pour cause d’insécurité. En effet, la ville de Dschang a été témoin de nombreux crimes «horribles» ces dernières années.

Afficher l'image d'origine

D’après La Nouvelle Expression du jeudi 19 novembre 2015, «le phénomène de crimes rituels semble y avoir fait son lit». A en croire le journal, la lutte contre le grand banditisme ne vient pas vraiment à bout des malfrats dans la ville et les victimes sont le plus souvent comptés parmi les étudiants.

Il est aussi révélé que les morts «suspectes» orientent les enquêteurs vers des hommes d’affaires qui ont été interpellés, mais qui réussissent à passer les mailles du filet de la justice. «La mise en liberté de ces derniers, est  pour d’aucuns, l’autre motif irréfutable de la peur de vivre à Dschang. Et les parents d’étudiants ne voudraient pas jeter leurs enfants dans la gueule des loups»; tire-t-on des colonnes du journal.

L’Université de Dschang a pourtant amélioré la qualité de ses infrastructures, notamment avec la construction d’un amphi 1000 flambant neuf opérationnel dès l’année académique 2015-2016. Aussi, son offre en masters professionnels et sa présence sur le web sont les facteurs qui devraient engendrer de l’affluence. L’insécurité aura eu raison de l’excellence académique.

Géraldine IVAHA

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau