Cameroun, Université de Douala : De nouveaux managers sur le marché

147 étudiants de Management business and administration ont obtenu leurs diplômes de fin de formation. Il leur a fallu du temps. Deux ans. Maintenant ils y sont. La 17ème promotion de Management business and administration, Mba, de l’Essec (Ecole supérieure des sciences économiques) de l’Université de Douala est arrivée en fin de formation.

 Pour marquer l’évènement, la promotion baptisée El hadj Nana Bouba (du nom du président d’honneur) a organisé toute une semaine d’activités à l’université. Premier pan, la cérémonie de la sortie officielle. C’était ce lundi 18 janvier 2016. La joie était à son comble chez les récipiendaires, cent quarante sept au total. Une ambiance qui n’a pas empêché leur président, Patrick Meyo d’appeler l’assistance à une minute de silence, à la mémoire de leur enseignant et camarade, décédés en 2015.

La formation managériale face aux défis de l’entrepreneuriat et la croissance économique. C’est le fil conducteur des festivités. Un thème très évocateur selon Protais Ayangma, parrain de la promotion. Pour ce président des Entreprises du Cameroun, «la gouvernance est l’un des problèmes qu’on reproche au Cameroun, dans le domaine politique et en entreprise. Si la mortalité des entreprises camerounaises est aussi forte, c’est à cause d’un problème de gestion. Il va de soi que pour entreprendre, en dehors des qualités naturelles ou innées, ça peut s’apprendre. Une formation comme celle-ci donne un certain nombre d’outils. Ce n’est peut-être pas suffisant mais c’est vraiment des prés-requis et c’est important.» Protais Ayangma couvre de laurier l’Essec qui a compris la nécessité de former des managers. Non sans encourager ses «jeunes camarades et collègues, parce que vous êtes déjà sur le terrain.» En fait, tous les récipiendaires sont des «cadres de l’administration publique et privée», précise le directeur de l’Essec, Pr Emmanuel Kamdem. Comme lui, le Professeur François-Xavier Etoa, recteur de l’université a exprimé le souhait que ces managers utilisent à bon escient les enseignements reçus. «Nous vous promettons de suivre vos pas pour l’édification d’un Cameroun meilleur, en promouvant l’entreprenariat» promet le président de la 17ème promotion.

Si cette nouvelle cuvée a autant de récipiendaires, l’histoire révèle qu’à la création, 1997-1998, le Mba n’avait que quinze étudiants. Pr Emmanuel Kamdem se réjouie de ce que qu’aujourd’hui, trois cent vingt six soient enregistrés. Et de 1997 à 2016, déjà mille cent quatre vingt dix sept managers formés.

© Camer.be : Valgadine TONGA

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau