Cameroun : Une directrice d’école s’enfuis avec les frais d’examen

Le subterfuge a été démasqué à la suite des examens du concours lorsque Judith Yettah a détourné une partie des candidats de son établissement dont elle avait distrait les frais d’examen pour les faire composer dans une de ses salle de classe avant de s’enfuir.

ecole-primaire-512x334.jpg

Pour le délégué régional du Minedub Joseph Njika, «Plus jamais ça…».

Le patron de l’éducation de base pour la région de Sud – ouest ne s’en revient pas. Lui qui, de retour du terrain où il a visiter les centres d’examen du CEP (Certificat d’Etude Primaire) et du FSLC (First School Living Certificate) a du entre autre intervenir durement dans la localité enclavée de Muyengue, arrondissement de Muyuka pour contenir les parents d’une trentaine d’élèves qui venaient de découvrir qu’ils n’étaient pas inscrits sur les listes des candidats devant participer à la session 2013 des examens.

Et pour cause, la directrice de l’école baptiste de ce village s’était emparée d’une partie des frais de scolarité de 31 de ses élèves, et n’avait donc régulièrement fait inscrire que le reste. Convaincus qu’ils avaient bel et bien payé les droits exigibles pour ces examens, ces victimes n’ont pas eu l’esprit éveillé le mois dernier lorsque, partis de chez – eux pour le concours d’entrer en sixième, ils se sont vus conduits par leur directrice dans une classe de son établissement où elle a pris le soin de photocopier des anciens épreuves du concours qu’elle leur a remis de traiter, ceci loin du centre d’examen officiel. Tout se passera comme manigancé par la directrice qui parviendra ainsi à jouer sur la confiance de ses ouailles, jusqu’au moment où elle sentira le danger venir pour prendre la poudre d’escampette.

Les noms sur les listes

Il faudra finalement attendre l’occasion du CEP pour que les enfants constatent qu’ils n’ont pas les noms sur les listes. Alertés, les parents vont rentrer dans la danse, et la tension ne se fera pas attendra. Ceux – ci furieux décideront d’en découdre avant la directrice devenue introuvable. Informé, le délégué régional du Minedub pour le Sud – ouest s’est déployé sur les lieux où il a constaté cette dérive hypothéquant l’avenir de ces enfants. On apprendra ici que la directrice s’est ainsi emportée avec une somme estimée à plus de 200.000 Fcfa représentant les frais d’inscription de ses jeunes camerounais au concours d’entrée en sixième, et CEP.

Pour tenter de sauver l’avenir de ces jeunes, le délégué a instruit que l’on fasse composer ces enfants, et a imputé la responsabilité de cette acte à l’employeur de la directrice, le secrétariat à l’éducation de la Cameroon Baptist Church qu’il a sommé de rembourser immédiatement cet argent aux parents des enfants victimes, ce qui été immédiatement fait. Au terme des examens, un procès verbal a été dressé pour informer la hiérarchie de cet ordre d’enseignement de la situation. Njika Joseph va d’ailleurs indiquer que des dispositions seront prises non seulement pour rattraper cette directrice, mais surtout pour s’assurer que cela ne se reproduise plus jamais dans cette région.

Pour le reste, Njika Joseph indiquera qu’en dehors de cette fausse note, tout s’est bien passé jusqu’ici dans cette région où plus de 25.000 jeunes ont pris l’assaut à la quête de leur tout premier diplôme pour la vie, ceci dans 196 sous – centres d’examen repartis dans les six départements de cette région. Il indiquera d’ailleurs que les copies sont encore attendues, surtout pour celles en provenance des coins reculés comme la zone de Bakassi, et que les corrections démarreront dans quelques jours dans les 05 sous – centres retenus, expliquant que les listes des correcteurs ont déjà été publiées.

© La Nouvelle Expression : Alexis Kaptchouang

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau